Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Comores : le président Azali Assoumani prévoit une présidentielle anticipée au printemps prochain

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Stan Lee, le père des super-héros, est mort

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Macky Sall veut une mobilisation contre le terrorisme au Sahel comme en Syrie

En savoir plus

LE DÉBAT

Conférence sur la Libye à Palerme : chaos, division ... vers un échec ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

JP Bimeni : premier album épicé d'une voix burundaise de l'exil

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Antonio Guterres et Audrey Azoulay sondent les futurs défis à la paix

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Italie : budget provocateur ou déficit démocratique ?

En savoir plus

L’invité du jour

Pédophilie : "Une catastrophe pour les victimes, une catastrophe pour l’Église"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Juncker : "Ce n'est pas le président des États-Unis qui fixe nos agendas"

En savoir plus

Alfonso Cuarón regrette la diffusion française de "Roma" sur Netflix uniquement

© GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives | Le réalisateur mexicain Alfonsa Cuaron le 5 octobre 2018 à New York

LYON (AFP) - 

Le cinéaste mexicain Alfonso Cuarón a regretté mardi à Lyon lors d'une masterclass au Festival Lumière que le public français puisse découvrir "Roma", son dernier film récompensé au festival de Venise, sur Netflix uniquement.

"Je suis frustré de me dire que le public français ne verra pas +Roma+ dans une salle de cinéma, ce film ayant été pensé avec une ambition visuelle et sonore destinée au grand écran", a confié le réalisateur de 56 ans.

"Mais au moment de choisir un distributeur, Netflix s'est imposé grâce à son désir de porter le film aux quatre coins du monde avec un plan d'attaque agressif".

L'auteur de "Gravity" (2013), son long métrage aux sept Oscar, dont celui de meilleur réalisateur, rappelle qu'une telle "ambition de distribution" est "rare pour un film d'auteur qui ne soit pas tourné en numérique, en couleur, en langue anglaise et avec des acteurs célèbres".

Produit par le cinéaste et récompensé du Lion d'or en septembre lors du festival de Venise, "Roma" - du nom d'un quartier de Mexico - sera visible en France en décembre sur la plate-forme du géant du streaming. Dans d'autres pays, il sera diffusé dans quelques salles.

"Il faut admettre qu'un changement de paradigme s'opère à l'heure actuelle et se dire que c'est dans un juste milieu, entre une diffusion en salles et les plateformes de visionnage, que se situe l'avenir du cinéma", a-t-il souligné.

"En menant une politique d?appropriation exclusive des ?uvres, qui servent de +produits d?appel+ pour une plateforme, Netflix cherche à bousculer les fondements d?un système qui a fait ses preuves" et met en danger les salles du cinéma, avait regretté en septembre l'Association Française des Cinémas d?Art et d?Essai (AFCAE).

Long métrage intimiste en noir et blanc sur la nostalgie du passé, "Roma" a été inspiré au réalisateur par une femme de son entourage et par son souhait de "retourner au Mexique pour se poser la question de [son] identité".

Le film a été tourné de façon chronologique avec des figurants qui interprètent tous leur propre rôle et des acteurs principaux "qui devaient s'adapter à cette criante réalité".

"Personne n'avait le scénario du film. J'aiguillais les acteurs en leur expliquant, parfois en ajoutant volontairement des contradictions, quelles étaient leur relation avec les autres", a décrit Alfonso Cuarón, précisant avoir ainsi voulu recréer "le chaos de la vie".

© 2018 AFP