Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’invité du jour

Riad Sattouf : "Mon peuple, c'est la BD"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Daniel Kretinsky, le milliardaire tchèque à l'assaut de la presse française

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Agriculteurs "à la mer, pour prendre du champ"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Gilets jaunes: Macron cherche la bretelle de sortie"

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : bras de fer interminable entre le pouvoir et l'opposition

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Brexit : quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

FRANCE

Après le remaniement, Macron assure qu'il n'y a pas de "changement de cap" de sa politique

© Philippe Wojazer, Reuters (archives) | Emmanuel Macron s'exprimant à l'Élysée lors d'une conférence de presse, le 15 octobre 2018.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/10/2018

Quelques heures après l'annonce du remaniement du gouvernement, mardi, Emmanuel Macron a pris la parole à la télévision pour assurer qu'il n'y aurait pas de changement de politique.

"Ni tournant, ni changement de cap ou de politique", a déclaré mardi 16 octobre Emmanuel Macron lors d'une intervention télévisée, quelques heures après le remaniement gouvernemental. "Ce dont vous pouvez être sûrs, au contraire, c'est qu'il y a une volonté d'action qui n'a rien perdu de son intensité et que cette volonté est aujourd'hui plus forte encore", a-t-il poursuivi.

>> Voir le Débat de France 24 : "France : remaniement, et maintenant ?"

Le chef de l’État français a énoncé "un objectif simple : que nous reprenions pleinement la maîtrise de notre destin. Cela ne se fera pas en un jour", a-t-il dit.

Un "parler vrai"

Le président a par ailleurs reconnu avoir pu déranger certains Français par son "parler vrai" et confirmé que les réformes se poursuivraient afin, selon lui, de redresser le pays, notamment la réforme à venir des retraites.

Emmanuel Macron a souligné que les nationalismes progressaient en Europe et jugé qu'il ne fallait pas s'y résoudre. "Je demande au gouvernement d'agir en ayant conscience de ce moment", a-t-il dit.

"Nous devons regarder en face ce monde tel qu'il est, c'est pour cela, à noter que je demande au gouvernement d'agir en ayant conscience de ce moment, et de prendre, pour ce faire, des décisions vigoureuses afin que notre pays conserve cette maîtrise de son destin. Cela exige de ma part, (...) comme de la part du gouvernement, de l'écoute, du dialogue", a-t-il résumé.

"Il y a de l'impatience et je la partage, mais le temps que nous prenons est celui de nos institutions (...) Progressivement, j'en suis sûr, votre quotidien va s'améliorer car le gouvernement est sur la bonne voie", a-t-il développé.

Emmanuel Macron n'a en revanche pas évoqué les polémiques depuis l'été : affaire Benalla, déclarations qualifiées par certains d'"arrogantes" à un chômeur, ou encore le débat sur la taxe d'habitation et les impôts.

"Un pseudo mea culpa"

L'opposition a immédiatement fustigé sur Twitter un discours coupé de la réalité. "Intervention complètement surréaliste ! Un discours pompeux totalement coupé des réalités que vivent les Français. À quand le prochain #remaniement !?", a tweeté Nicolas Dupont-Aignan, ancien allié de Marine Le Pen à la présidentielle.

"Allocution du président de la République totalement creuse et étrangement crépusculaire...", a jugé de son côté la cheffe du Rassemblement national.

Emmanuel Macron "bavarde sur un mode paroissial et parle de tout, sauf du nouveau gouvernement qu'il a mis 15  jours à constituer. La fin s'avance", a relevé pour sa part le chef de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon.

Et pour le chef du PS, Olivier Faure, "un pseudo mea culpa, des grands principes sans aucun contenu opérationnel... Un clivage artificiel pour les Européennes... Un replâtrage ministériel. C'est 'à bout de souffle' sans la nouvelle vague !"

Avec AFP

Première publication : 16/10/2018

  • FRANCE

    Remaniement : le choix de l’équilibre politique, sans éclat

    En savoir plus

  • FRANCE

    Christophe Castaner, un déçu du PS récompensé de sa fidélité envers Macron

    En savoir plus

  • FRANCE

    Remaniement : Castaner à l'Intérieur, Riester remplace Nyssen à la Culture et Guillaume succède à Travert à l'Agriculture

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)