Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les orangs-outans meurent pour des biscuits

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : Martin Fayulu tend la main à Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Gaspard Gantzer : "Sur les carburants, le gouvernement doit continuer à expliquer"

En savoir plus

LE DÉBAT

Gaza : annonce d'un cessez le feu

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Un monde à portée de main", le roman en trompe-l'œil de Maylis de Kerangal

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Uhuru Kenyatta : "Aucun pays ne peut combattre seul le terrorisme"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Christine Lagarde et Jim Yong Kim : "Il faut un multilatéralisme plus inclusif"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Un opposant à Maduro raconte sa détention dans les geôles du Venezuela

En savoir plus

FOCUS

L'Arabie saoudite accroît investissements et influences en Bosnie

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 17/10/2018

Remaniement : "Et la montagne accoucha d'une souris"

© France 24

À la une de la presse, mercredi 17 octobre, les réactions au remaniement ministériel en France, à la perquisition chez Jean-Luc Mélenchon et au siège de la France Insoumise. Les derniers développements de l’affaire Khashoggi. Et la poésie d’un commentateur sportif.

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook

 

À la une de la presse française, les réactions au remaniement ministériel. Le gouvernement compte désormais huit nouveaux ministres et secrétaires d’État.

 

Présentant ce remaniement sans "tournant ni changement de cap ou de politique", Emmanuel Macron a affiché hier soir "sa confiance", et son "impatience" réformatrice, sans toutefois convaincre Le Figaro, qui voit surtout dans ces nominations "un jeu d’équilibre digne des grandes heures de la IVe République". "Après deux semaines de tergiversations, un nouveau gouvernement sans relief a été annoncé… tout ça pour ça", soupire L’Humanité, en critiquant le manque de "souffle" présidentiel. "Et la montagne accoucha… d’une souris" ironise Le Parisien, à propos de ce remaniement sans "révolution", où les équilibres politiques entre la gauche, la droite et le centres sont effectivement maintenus. "Et maintenant, on va pouvoir démarrer !", s’impatiente le Premier ministre dans le dessin de Ranson. "Attention, il faut bien respecter les limitations de vitesse", demande le nouveau ministre de l’Intérieur. "N’en fais pas trop Castaner !", prévient le président.

 

À l'Intérieur, Christophe Castaner, un fidèle d’Emmanuel Macron, remplace donc Gérard Collomb, qui a démissionné avec fracas il y a 15 jours. Cette nomination est la plus commentée par la presse française. Willem, pour Libération, montre le président sortant Christophe Castaner de son chapeau de prestidigitateur, sous l’œil enthousiaste d’Édouard Philippe. "Ca va castagner !", d’après La Provence – qui salue la promotion de l’enfant du pays. "La grande nouvelle de ce rafistolage gouvernemental, c’est la consécration de Christopher Castaner". Quatre sortants, huit entrants et six membres du gouvernement qui changent de portefeuille, soit "quatorze nominations pour combler un départ. C’est ça l’effet Collomb", dixit l’ex-ministre dans le dessin de Kak pour L’Opinion.

 

Il est aussi beaucoup question de la perquisition, hier, chez Jean-Luc Mélenchon et au siège de son parti dans le cadre de l’enquête sur les emplois présumés fictifs d’assistants européens et celle des comptes de la présidentielle. L’Humanité critique "une perquisition un peu trop spectaculaire", que le patron de la France insoumise a filmée lui-même en direct, en dénonçant une supposée "police politique" dirigée contre lui. Une ligne de défense qui laisse sceptique Libération, qui se demande si Jean-Luc Mélenchon n’a pas commis hier "l’éclat de trop". Le journal rappelle que la justice s’est intéressée aussi au Modem, au Rassemblement national, à François Fillon et à Nicolas Sarkozy. "Dès lors que la procédure régulière est respectée, les élus – seraient-ils insoumis – doivent comprendre que la loi s’applique à tout le monde, député ou citoyen".

 

À la une, également, la visite du secrétaire d’État américain en Arabie saoudite, pour évoquer l’affaire Khashoggi. Dépêché d’urgence à Riyad, Mike Pompeo a demandé au prince héritier Mohammed ben Salmane une enquête "rapide" sur la disparition du journaliste saoudien, d’après The Financial Times. Une disparition sur laquelle les autorités saoudiennes assurent elles aussi vouloir faire toute la lumière, à en croire Arab News – qui montre le secrétaire d’État en compagnie du roi Salmane, également rencontré hier. Ont-ils évoqué ensemble les allégations du New York Times, qui affirme notamment que l’un des assassins présumés de Jamal Khasoggi est un membre de la sécurité rapprochée du prince héritier – en compagnie duquel il aurait été vu débarquant à Paris et à Madrid, et photographié lors de visites à Houston, à Boston et à New-York, aux Nations unies. La revue Middle East Eye affirme quant à elle avoir été informée par un responsable des renseignements turcs du contenu d’un enregistrement audio prouvant l’assassinat de Jamal Khashoggi au consulat saoudien d’Istanbul. Selon cette source, la mise à mort du journaliste aurait duré 7 minutes au total, dans des circonstances absolument terribles.

 

Un mot, pour terminer, de la victoire des Français face à l’Allemagne en Ligue des Nations. Sauvés par Kylian Mbappé il y a cinq jours, les Bleus ont pu compter hier soir sur l’autre favori français pour le Ballon d’or, Antoine Griezman, qui a renversé d’un doublé un match assez mal engagé - d’où le titre de L’Équipe, "L’un ou l’autre".

 

L’Équipe qui fait aussi état du rétropédalage d’un commentateur sportif. Après avoir déclaré être contre le fait qu’une femme puisse commenter le foot masculin, parce que selon lui, "dans une action de folie, elle va monter dans les aiguës. Je sais qu’on va me traiter de misogyne et de sexiste. Mais ce n’est pas parce que c’est une femme ! C’est parce que le timbre de voix ne fonctionnerait pas", Denis Balbir a dit "regretter la mauvaise interprétation de (ses) propos". Non seulement on a la voix aiguë, mais en plus on n’a rien compris. On rappelle que ce commentateur avait déjà été suspendu après avoir déclaré, croyant être hors antenne, être ravi d’une défaite des joueurs de Leipzig : "Je suis bien content pour ces pédés-là, arrogants au match aller, comment ils étaient sûrs de gagner. Enfoirés". Un poète, décidément…

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

14/11/2018 Revue de presse

"Marine Le Pen sauvée par les gilets jaunes ?"

A la Une de la presse, ce mercredi 14 novembre, l’accord technique conclu par les négociateurs européens et britanniques sur le Brexit. La fin de non-recevoir sur le budget...

En savoir plus

13/11/2018 Revue de presse

Affaire Khashoggi : "Dis à ton patron que la mission est accomplie"

Dans la presse, ce mardi 13 novembre, la conférence internationale sur l'avenir de la Libye, qui se tient en Italie, les tensions diplomatiques provoquées par les révélations sur...

En savoir plus

13/11/2018 Revue de presse

"Stan Lee, l'homme a régné"

À la une de la presse, ce mardi 13 novembre, une nouvelle flambée de la violence à Gaza, la guerre au Yémen qui "ne mène nulle part", une passe d'armes diplomatique entre Paris...

En savoir plus

12/11/2018 Revue de presse

Cyberattaques: "la nouvelle guerre froide"

Dans la presse, lundi 12 novembre, le Forum sur la gouvernance de l’Internat, consacré à la menace des cyberattaques. La colère des enseignants français. Un sommet en...

En savoir plus

12/11/2018 Revue de presse

Plaidoyer pour la paix: "les discours ne suffiront pas"

A la Une de la presse, ce jeudi 12 novembre, les commémorations du centième anniversaire de l’armistice de 1918. La partition solo de Donald Trump, et sa rencontre informelle...

En savoir plus