Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Guerre économique : l'OMC a-t-elle encore une marge de manœuvre ?

En savoir plus

L’invité du jour

Gérard Mourou : "Le Nobel de physique a changé ma vie"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Budget italien : les investisseurs dans l'attente de la décision de Bruxelles

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Thanksgiving, Donald Trump, et ses petites dindes"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Des militantes féministes torturées dans les prisons saoudiennes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : des dizaines de migrants débarqués du Nivin dans le port de Misrata

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ivanka Trump hors-la-loi ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Alain Juppé : "Les réformes de la fiscalité écologique sont nécessaires"

En savoir plus

LE DÉBAT

Affaire Carlos Ghosn : dérive solitaire ou lutte de pouvoir ?

En savoir plus

Economie

La fraude "Cum ex", une escroquerie à 55 milliards d’euros pour les Européens

© Regis Duvignau, Reuters | Une fraude originaire d'Allemagne a fait perdre à 11 États européens près de 55 milliards d'euros.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/10/2018

Une immense fraude fiscale, découverte en Allemagne en 2012, aurait coûté 55 milliards d’euros à une dizaine de pays européens, selon une enquête de 19 médias européens rendue publique jeudi.

C’est une technique fiscale qui a coûté cher aux contribuables. Une énorme fraude fiscale baptisée "cum ex", a coûté 55 milliards d'euros à une dizaine de pays européens, affirment 19 médias, jeudi 18 octobre, dans une enquête conjointe. L’enquête, menée en France par Le Monde, met au jour un montage litigieux permettant aux actionnaires étrangers de se passer de payer les taxes sur les dividendes.

Attribué à un avocat allemand de renom, Hanno Berger, cette technique consiste à "prêter" des actions quelques jours avant le versement du dividende, puis récupérer ces mêmes actions si vite que l'administration fiscale n'identifie plus le véritable propriétaire. La manipulation, qui nécessite l'entente de plusieurs investisseurs, permet de payer moins d'impôts, lésant ainsi le fisc.

Une enquête lancée en 2012

Selon les investigations de 19 médias européens, le "cum ex" ou "CumCum" dans le jargon financier, a coûté 55,2 milliards d'euros à 11 États, soit l'Allemagne, la France, l'Espagne, l'Italie, les Pays-Bas, le Danemark, la Belgique, l'Autriche, la Finlande, la Norvège et la Suisse. Jusqu'à présent, les estimations des sommes extorquées au fisc allemand allaient d'environ 30 milliards d'euros selon la presse à 5,3 milliards d’euros selon le ministère allemand des Finances.

>> À lire aussi : Ce que l'aménagement du “verrou de Bercy” va changer

Ces révélations font suite aux débuts de l'affaire en 2012 en Allemagne, entraînant l'ouverture de six enquêtes pénales et la tenue prochaine d'un premier procès visant Hanno Berger et plusieurs négociants en Bourse.

Dix-sept milliards d’euros perdus en France

Sur la foi "d'informations des autorités fiscales et d'analyses des données de marchés", l'enquête conjointe des 19 médias détaille désormais le préjudice supposé par pays. Pour l'Allemagne, l'enquête reprend la fourchette haute des estimations, soit 31,8 milliards d'euros extorqués au fisc, d'après les calculs déjà connus de Christoph Spengel, spécialiste de fiscalité à l'université de Mannheim.

>> À lire aussi : Le géant suisse UBS devant les juges à Paris

L'escroquerie aurait aussi coûté "au moins 17 milliards d'euros" à la France, 4,5 milliards à l'Italie, 1,7 milliard au Danemark et 201  millions d'euros à la Belgique. Interrogé par l'AFP, le fisc norvégien a expliqué avoir découvert une fraude portant sur 580 000 couronnes norvégiennes en 2013 et avoir déjoué plusieurs tentatives ultérieures, une fois averti par le Danemark. Le pays a depuis renforcé ses contrôles.

Le parquet financier danois, saisi du sujet depuis 2015, recherche de son côté "s'il y a un fondement pour engager la responsabilité pénale de personnes ou d'entreprises impliquées", selon son porte-parole Simon Gosvig.

Avec AFP

Première publication : 18/10/2018

  • FRANCE

    Fraude fiscale : ce que l'aménagement du “verrou de Bercy” va changer

    En savoir plus

  • L'INVITÉE DU JOUR

    Monique Pinçon-Charlot : "La fraude fiscale est une arme pour asservir le peuple"

    En savoir plus

  • FRANCE

    HSBC débourse 300 millions d'euros pour éviter un procès pour fraude fiscale en France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)