Accéder au contenu principal

Le clan Saoud aussi vaste que puissant, 200 princes et 25 000 membres

Des membres de la famille royale saoudienne réunis lors de l'intronisation de Mohammed ben Salmane, le 21 juin 2017.
Des membres de la famille royale saoudienne réunis lors de l'intronisation de Mohammed ben Salmane, le 21 juin 2017. Reuters

La dynastie des Saoud est au cœur d'une crise internationale après la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Gros plan sur cette dynastie qui dirige l'Arabie saoudite depuis le début du XXe siècle.

PUBLICITÉ

Mais qui sont les Saoud, cette dynastie qui a donné son nom à l'Arabie saoudite ? Il faut remonter au début du XVIIIe siècle pour connaître leur origine. En 1745, un seigneur du désert, Mohammed ben Saoud, décide de consolider son pouvoir en s'alliant à un religieux prêchant par le sabre le retour à un islam dur, Mohammed ben Abdel Wahab.

En 1902, Abdel Aziz ben Saoud chasse de Riyad le clan rival des Rachidi et entreprend de consolider graduellement son pouvoir en unifiant la péninsule au fil de l'épée. Il prend le contrôle en 1925 des villes saintes de La Mecque et Médine. En 1932, il établit le royaume d'Arabie saoudite et se proclame roi.

Pour asseoir son autorité, il multiplie les mariages avec les filles des chefs de tribus. Il eut au total 45 fils. La famille royale compte aujourd'hui environ 25 000 membres, dont 200 princes exercent des fonctions politiques. À sa mort, en 1953, son fils Saoud, qu'il avait désigné prince héritier, lui succède.

Le roi Fayçal ben Abdelaziz Al Saoud, en 1971.
Le roi Fayçal ben Abdelaziz Al Saoud, en 1971.

Accusé de mauvaise gestion et de corruption, Saoud est destitué en 1964 par le Conseil des émirs, regroupant les principaux membres de la famille royale. Son demi-frère Fayçal, prince héritier, le remplace. Architecte d'une politique de modernisation, il est assassiné par un de ses neveux, présenté comme déséquilibré, en 1975.

Son demi-frère Khaled lui succède et règne jusqu'à sa mort en 1982. Le prince héritier Fahd monte alors sur le trône avant qu'Abdallah, de deux ans son cadet, ne lui succède en 2005.

Le roi Fahd Bin Abdul Aziz al-Saoud à Djeddah le 15 avril 2000.
Le roi Fahd Bin Abdul Aziz al-Saoud à Djeddah le 15 avril 2000. Reuters

En janvier 2015, le roi Abdallah meurt. Il avait créé la surprise en juin 2012 en choisissant son demi-frère Salmane comme prince héritier, apparemment sans en référer au Conseil d'allégeance. De même, le roi Salmane surprend en nommant comme prince héritier en juin 2017 son fils Mohammed, alors âgé de 31 ans, évinçant son neveu Mohammed ben Nayef.

Le prince Salmane Ben Abdulaziz Al-Saoud à l'Élysée à Paris, le 1er septembre 2014.
Le prince Salmane Ben Abdulaziz Al-Saoud à l'Élysée à Paris, le 1er septembre 2014. Reuters

Depuis sa nomination, Mohammed ben Salmane, dit "MBS", se démarque par un règne entre réformisme et autoritarisme. Il réprime toute contestation, mais a levé l'interdiction de conduire pour les femmes et autorisé l'organisation de concerts ou l'ouverture de cinémas.

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, le 10 avril 2018, à Paris.
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, le 10 avril 2018, à Paris. AFP

Comment fonctionne la succession dans la dynastie des Saoud ? Selon la loi saoudienne, le roi doit être un descendant du monarque Abdel Aziz. En octobre 2006, une réforme des modalités de succession au trône avait été annoncée pour assurer une transition en douceur dans cette monarchie ultraconservatrice mais, jusqu'ici, ce mécanisme n'a pas toujours été utilisé.

>> À lire : L'affaire Khashoggi ou les mauvais calculs du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.