Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Yémen : la guerre décryptée

En savoir plus

FACE À FACE

Le mouvement des "gilets jaunes", entre grogne civile et récupération politique

En savoir plus

L’invité du jour

Titouan Lamazou : "Aller à la rencontre de l'infinie diversité de l'humanité"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Avec la fonte des glaces, le pôle Nord aiguise les appétits

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Budget italien : comment la réagit la Bourse ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Une offensive américaine contre les entreprises françaises"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ivan Duque sur le Venezuela : "Il est urgent d'isoler le tyran"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Gilets jaunes" : "Marine Le Pen se frotte les mains"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les orangs-outans meurent pour des biscuits

En savoir plus

SPORT

Des tatamis au XV de France, l'incroyable parcours de Demba Bamba

© Nicolas Tucat, AFP | Demba Bamba, ici sous le maillot bleu à l'occasion de la Coupe du monde U20.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/10/2018

Brillant lors du sacre des U20 à la Coupe du monde de rugby, le pilier droit Demba Bamba a été appelé avec les A pour la tournée de novembre. Une première pour un joueur de Pro D2 atypique, qui a longtemps hésité entre le judo et le hand.

Du judo aux Bleus, en passant par la Pro D2 : à seulement 20 ans, avec quelques années de rugby et quinze matches professionnels derrière lui, l'athlétique pilier droit de Brive, Demba Bamba, a connu une progression ascensionnelle jusqu'à être appelé pour la première fois, mercredi 17 octobre, dans les rangs du XV de France.

Le sélectionneur, Jacques Brunel, a sorti de son chapeau le nom du colosse du CAB (1,85 m pour 125 kg) pour les test-matches de novembre, à un poste si précieux, où les Bleus cherchent la perle rare et leur titulaire à un moins d'un an de la Coupe du monde 2019 (20 septembre-2 novembre).

Prédire pour Bamba un destin japonais ou à la Christian Califano (première de ses 71 sélections à 22 ans, en 1994), dernier exemple de précocité au poste de pilier, serait aller bien vite en besogne. Sans pour autant paraître incongru au vu du rapide chemin parcouru ces dernières années.

Avant de martyriser les défenses en juin lors du Championnat du monde des moins de 20 ans remporté par les Bleuets, et de confirmer cette saison dans les rugueuses joutes de deuxième division, où il s'aguerrit avant de rejoindre Lyon et le Top 14 l'été prochain, Bamba a découvert le rugby sur le tard.

Il y a environ cinq ans à Saint-Denis, par hasard, alors qu'il tâtait plutôt les tatamis (champion de France de judo à 14 ans) et la petite balle ronde (hand). Remisés au placard le kimono et les chaussures sans crampons : quelques années seulement après avoir touché son premier ballon ovale, Bamba a intégré les équipes de France jeunes puis les "grands", franchissant chaque palier.

"J'aime son évolution ces trois dernières années. Il est allé crescendo : à chaque marche, il a rehaussé son niveau. Ce n'est pas surprenant, car c'est à l'image de son parcours. Il écoute, il prend la température du niveau et il s'y met", souligne auprès de l'AFP Sébastien Piqueronnies, le manager des Bleuets.

Une base atypique...

La pratique du judo et du handball, justement, a développé des qualités athlétiques naturelles qui expliquent sa précocité physique.

"Comme [Jordan] Joseph [numéro 8 de 18 ans, également champion du monde des moins de 20 ans aujourd'hui au Racing 92, NDLR], autre garçon au développement accéléré, il avait une base sportive, motrice et athlétique déjà très développée à son entrée dans le rugby", note Piqueronnies, qui met également en avant la "détermination d'un garçon de banlieue" : "Il s'est expatrié à Brive [où son frère joue au handball, NDLR], s'est mis en difficulté, pour réussir son projet."

Cette base athlétique lui a aussi permis de sortir du lot dans le jeu courant, où il a créé de notables différences. "Le handball lui a donné son jeu de jambes, ses appuis, sa dissociation [entre le corps et la vision] qui font qu'aujourd'hui il est très habile ballon en main avant et dans le contact, sous forte pression. Il a cette capacité à avoir des changements de rythme et à gagner ses duels, intéressante pour un 'droitier' assez lourd", estime ainsi Piqueronnies.

... et un potentiel exceptionnel

Bamba a en revanche dû beaucoup travailler en mêlée fermée : "Au début, il avait un peu de mal, mais c'est parce qu'il ne trouvait pas la bonne position. À partir du moment où il a réussi à bien se placer, il a commencé à dominer ses adversaires, à les 'enfoncer' de plus en plus et à prendre du plaisir. Il a toujours aimé le combat", développe Pierre Capdevielle, qui l'a eu sous ses ordres avec les Espoirs de Brive.

Durant seulement un peu moins de deux saisons, puisque Bamba a rapidement rejoint les professionnels : "Jouer en Top 14 en même pas un an et demi [après son arrivée chez les Espoirs, NDLR], c'est impressionnant. Il avait et il a toujours un potentiel exceptionnel", ajoute l'ancien pilier. Reste à savoir s'il saura également l'exploiter au plus haut niveau.

Avec AFP

Première publication : 18/10/2018

  • RUGBY

    Le rugby est-il devenu un sport extrême ? (1/5)

    En savoir plus

  • RUGBY

    VI Nations : le XV de France s'offre l'Angleterre et sauve son tournoi

    En savoir plus

  • RUGBY

    VI Nations : les Bleues s'offrent un cinquième Grand Chelem historique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)