Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Comores : le président Azali Assoumani prévoit une présidentielle anticipée au printemps prochain

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Stan Lee, le père des super-héros, est mort

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Macky Sall veut une mobilisation contre le terrorisme au Sahel comme en Syrie

En savoir plus

LE DÉBAT

Conférence sur la Libye à Palerme : chaos, division ... vers un échec ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

JP Bimeni : premier album épicé d'une voix burundaise de l'exil

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Antonio Guterres et Audrey Azoulay sondent les futurs défis à la paix

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Italie : budget provocateur ou déficit démocratique ?

En savoir plus

L’invité du jour

Pédophilie : "Une catastrophe pour les victimes, une catastrophe pour l’Église"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Juncker : "Ce n'est pas le président des États-Unis qui fixe nos agendas"

En savoir plus

A Buenos Aires, un orchestre virtuose d'exilés vénézuéliens

© AFP | Un musicien de la Latin Vox Machine répète en coulisses avant d'entrer en scène pour le premier concert de l'ensemble, le 9 octobre 2018 à Buenos Aires

BUENOS AIRES (AFP) - 

L'obscurité gagne le théâtre, le premier violon donne le la, les autres musiciens accordent leur instrument, un trésor qu'ils ont fait suivre à travers toute l'Amérique du sud, de Caracas à Buenos Aires.

Comme des millions de Vénézuéliens, ces musiciens ont choisi l'exil pour échapper à la crise économique qui frappe le pays pétrolier gouverné par Nicolas Maduro.

A Buenos Aires, ils ont formé la Latin Vox Machine, un ensemble qui a donné en octobre son premier concert.

"Cet orchestre est spécial, car quand on joue ensemble, c'est un peu comme si, durant un moment, nous étions au Venezuela. Une énergie inonde les lieux. Nous venons de la même maison, nous sommes tous frères. Cela influe beaucoup au moment de jouer", dit la violoncelliste Veronica Rodriguez, 22 ans.

Elle a quitté le Venezuela fin 2017. Elle pensait aller à Paris, où elle avait été présélectionnée pour entrer au conservatoire, mais elle n'a pas pu se payer le billet d'avion.

Encouragée par un ami musicien, elle a quitté sa ville de Maracay, dans le centre du Venezuela, direction Manaus, au Brésil, où elle a pris un vol pour Buenos Aires.

En arrivant, elle a commencé à gagner sa vie en s'occupant de personnes âgées. Désormais elle donne des cours de musique dans une école.

Parmi les musiciens exilés, beaucoup jouent dans les stations de métro de la capitale argentine.

Sur les quais de la station Jujuy, dans le centre, Fedosky Suarez interprète au violon des morceaux de Vivaldi. De l'autre côté des voies, César Pérez lui répond avec un hautbois.

Les voyageurs applaudissent. "Tu as changé ma journée", dit un homme en déposant un billet dans l'étui du violon, ouvert sur le sol.

- Passeport et instrument -

"J'ai commencé à entendre dans le métro des musiciens de grande qualité", raconte Omar Zambrano, un Vénézuélien arrivé en Argentine quelques années plus tôt. Il s'est ensuite rendu compte que c'était des compatriotes et a fondé avec eux la Latin Vox Machine.

"Nous avons commencé à nous réunir, et nous nous sommes rendus compte que nous étions nombreux. Alors on a eu l'idée de cet orchestre", explique ce pianiste de 36 ans, qui travaille dans la production audiovisuelle.

Ils ont ensuite croisé le chemin du chef d'orchestre sud-coréen Jooyong Ahn, installé à Buenos Aires depuis 2016, après avoir fait carrière aux Etats-Unis.

"Tous ces musiciens sont incroyables. Mon objectif et ma mission, c'est que ces jeunes musiciens deviennent professionnels", confie le chef de 66 ans, bénévole, qui souhaite que l'orchestre ne dépende pas de financements publics, alors que l'Argentine est en crise.

Pour le premier concert, le 9 octobre au Teatro del Globo de Buenos Aires, les dons ont afflué.

"Je suis profondément ému", explique Omar Zambrano. "Tu cesses d'être un individu, pour être un groupe de personnes animées par le même objectif : faire de la musique, de l'art et continuer de transformer des vies".

Jaime Nieto, 34 ans, serre contre lui l'étui dans lequel il range sa flûte. Il est parti il y a six mois du Venezuela où il dirigeait un orchestre d'enfants.

"Notre instrument fait partie des choses les plus précieuses. Pendant le voyage, le passeport et l'instrument, c'était le plus important. C'est un prolongement de nous-mêmes, nous donnerions notre vie pour lui. Je venais avec l'idée de faire de la musique. J'ai réussi et j'en suis heureux", dit le flûtiste.

La porte de l'orchestre est ouverte. Jocelyn Zambrano, un violoniste de 32 ans, est arrivé en août. Il travaille comme pâtissier, mais a joué lors du premier concert.

Au total, ils sont 90 musiciens, la plupart vénézuéliens, mais il y a aussi trois Argentins, un Chilien et un Colombien. "Pas question de devenir un ghetto", dit Omar Zambrano en guise de mise au point.

Jooyong est dans la même démarche. "Je voudrais unir la culture vénézuélienne avec l'argentine et donner naissance à un orchestre unique", dit-il.

© 2018 AFP