Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

Moyen-Orient

Afghanistan : des explosions dans des centres de vote à Kaboul font plusieurs morts

© Mohammad Ismail, Reuters | Une femme afghane arrive dans un bureau de vote pour voter lors des élections législatives de Kaboul, en Afghanistan, le 20 octobre 2018.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/10/2018

Plusieurs centres de vote ont été la cible d'explosions meurtrières samedi alors que les Afghans sont appelé à élire les députés à la Chambre du peuple. Ces élections servent de test avant la présidentielle l'année prochaine.

Les Afghans s'apprêtent à élire, samedi 20 octobre, 249 députés au Parlement. Mais les élections législatives en Afghanistan ont démarré dans le chaos avec des explosions meurtrières signalées à Kaboul et dans de nombreux centres électoraux faisant face à d'importants problèmes logistiques. Un bilan provisoire, de différentes sources officielles, fait état d'au moins 15 morts, dont des civils et des policiers, et de 123 blessés.

Le ministère de l'Intérieur a indiqué avoir recensé "15 attaques ennemies" sur l'ensemble du pays, la plupart étant des explosions d'engins artisanaux et des tirs de roquettes.

Certains centres de vote n'ont pu ouvrir faute d'assesseurs, d'absence des listes électorales ou de mauvais fonctionnement des terminaux de reconnaissance biométrique mis en place à la dernière minute et utilisés pour la première fois. Des candidats et des électeurs ont fait part de leur exaspération, certains ne retrouvant pas leurs noms sur les listes électorales.

"Des élections test avant le scrutin présidentiel afghan"

Ouverture de bureaux de vote prolongée jusqu'à dimanche

La Commission électorale indépendante (CEI), qui organise le vote, a présenté ses excuses. Abdul Badi Sayad, président de la CEI, a précisé que le processus de vote se poursuivrait jusqu'au dimanche 21 octobre dans les endroits où le personnel électoral, ou le matériel électoral, est arrivé en retard.

Les taliban ont averti à plusieurs reprises ces dernières semaines qu'ils allaient recourir à la violence pour faire échouer le processus démocratique, à leurs yeux illégitime. Samedi matin, un tweet de leur porte-parole, Zabihullah Mujahid, conseillait une nouvelle fois aux citoyens de rester chez eux : "Le public devrait s'abstenir de participer à ce processus théâtral afin de protéger leurs propres vies".

>> À lire : "Les Afghans vont aller voter au péril de de leur vie"

De nombreux rapports ont fait état d'explosions d'engins artisanaux à proximité de centres de vote, des combats ont également été rapportés entre taliban et forces de sécurité. Des centaines de personnes ont déjà été tuées ou blessées lors d'attentats en lien avec le scrutin ces derniers mois. Et au moins 10 candidats ont été abattus, la plupart dans des attaques ciblées.

Un test crucial avant l'élection présidentielle

Plus de 5 000 bureaux de votes ont ouvert dans les zones du pays sous contrôle du gouvernement. Pour des raisons de sécurité, sur d'autres parties du territoire contrôlées par les talibans, 2 000 centres de vote sont restés fermés. Quelque 54 000 membres des forces de sécurité ont été déployés pour assurer la protection aux 8,9 millions d'électeurs inscrits sur les listes électorales.

Plus de 2 500 candidats sont en lice pour les 249 sièges à la chambre basse du Parlement. Il s'agit pour la plupart d'élus déjà établis, de descendants de seigneurs de la guerre, d'hommes d'affaires ou de membres de la société civile.

Ce scrutin législatif est considéré comme un test crucial en vue de l'élection présidentielle de l'année prochaine et une étape importante avant une réunion de l'ONU en novembre à Genève, où l'Afghanistan devra démontrer les progrès effectués en matière de "processus démocratique".

Avec AFP et Reuters

Première publication : 20/10/2018

  • AFGHANISTAN

    Le général en chef américain en Afghanistan visé par un attentat à Kandahar

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Malgré les obstacles, des centaines de femmes se portent candidates aux législatives en Afghanistan

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Attentat contre un meeting politique une semaine avant les législatives en Afghanistan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)