Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Comores : le président Azali Assoumani prévoit une présidentielle anticipée au printemps prochain

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Stan Lee, le père des super-héros, est mort

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Macky Sall veut une mobilisation contre le terrorisme au Sahel comme en Syrie

En savoir plus

LE DÉBAT

Conférence sur la Libye à Palerme : chaos, division ... vers un échec ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

JP Bimeni : premier album épicé d'une voix burundaise de l'exil

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Antonio Guterres et Audrey Azoulay sondent les futurs défis à la paix

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Italie : budget provocateur ou déficit démocratique ?

En savoir plus

L’invité du jour

Pédophilie : "Une catastrophe pour les victimes, une catastrophe pour l’Église"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Juncker : "Ce n'est pas le président des États-Unis qui fixe nos agendas"

En savoir plus

Afrique

Comores : l'armée entre dans la médina de Mutsamudu où sont retranchés les rebelles

© Youssouf Ibrahim, AFP | Des militaires comoriens fouillent la médina de Mutsamudu à la recherche d'armes, le 20 cotobre 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/10/2018

L'assaut a été donné par l'armée comorienne, samedi, sur un groupe d'hommes armés qui occupait depuis cinq jours le centre-ville de Mutsamudu sur l'île d'Anjouan, aux Comores. Les affrontements avec ces rebelles ont fait trois morts depuis lundi.

Les forces comoriennes ont repris le contrôle, samedi 20octobre, de la médina de Mutsamudu, capitale de l'île d'Anjouan, où sont retranchés depuis le 15 octobre des rebelles opposés au président Azali Assoumani.

"L'armée a commencé à prendre position à l'intérieur de la médina depuis midi. Aucun coup de feu n'a été tiré, aucune maison fouillée. Les forces se contentent de sécuriser la médina pour que la population puisse y circuler librement", a annoncé à l'AFP le ministre de l'Éducation nationale, Mahamoud Salim Hafi.

"L'ultimatum proposé aux rebelles pour déposer les armes a expiré"

Le ministre de l’Éducation promet un retour au calme sans assaut

Selon ce ministre, originaire d'Anjouan et qui mène depuis vendredi les négociations avec les opposants, "les rebelles sont toujours retranchés dans des maisons". Le ministre a rejeté toute idée d'assaut, redouté par la population civile. "On n'a pas besoin de lancer d'assaut", a-t-il affirmé. "Je garantis qu'à partir de lundi la vie reprendra normalement son cours à Mutsamudu, l'administration fonctionnera normalement".

Selon Mahamoud Salim Hafi, les opposants, au nombre d'une quarantaine, n'avaient toujours pas déposé leurs armes samedi matin malgré l'offre d'impunité en échange du désarmement faite vendredi par le gouvernement.

Les affrontements de cette semaine entre les rebelles et l'armée comorienne à Mutsamudu ont fait trois morts, selon les autorités, et au moins six personnes ont été grièvement blessées, d'après une source hospitalière.

Les rebelles n’ont pas désarmé malgré l'ultimatum

Les autorités accusent le parti Juwa de l'opposant et ancien président de l'archipel, Abdallah Sambi – originaire d'Anjouan –, d'être à l'origine des violences qui ont éclaté lundi quand les manifestants ont érigé des barricades et que les forces de l'ordre les ont démantelées.

Les opposants, qui accusent le président Assoumani de se comporter en dictateur "de république bananière" et de vouloir se maintenir au pouvoir, renvoient la responsabilité de la situation sur le gouvernement.

Vendredi, un protocole d'accord entre le gouvernement et l'exécutif d'Anjouan, parlant au nom des rebelles, prévoyait un désarmement des combattants en échange de l'impunité. Le président Assoumani se disait "disposé à accorder l'impunité à toute personne civile qui remettra son arme aux autorités militaires vendredi entre 6 heures du matin et 18 heures". Le texte précise que "personne ne sera poursuivi" et que chacun "pourra partir librement vers la destination de son choix". Mais aucune arme n'a été encore remise aux notables locaux, servant d'intermédiaires.

Avec AFP

Première publication : 20/10/2018

  • COMORES

    L'ONU et l'UA appellent au calme après des affrontements meutriers aux Comores

    En savoir plus

  • AFRIQUE

    Crise à Mayotte : le secrétaire d’État français aux Affaires étrangères en visite aux Comores

    En savoir plus

  • COMORES

    Polémique sur les "kwassa-kwassa" : Macron et son homologue comorien prônent "l'apaisement"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)