Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

FRANCE

Attentat de Trèbes : trois suspects mis en examen et écroués

© Éric Cabanis, AFP | Le 23 mars, Radouane Lakdim avait tiré sur des policiers devant leur caserne avant d'entrer dans un supermarché Super U, à Trèbes, où il avait tué quatre personnes dont le lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/10/2018

Sept mois après les attentats de Trèbes qui ont coûté la vie à quatre personnes, dont le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, trois membres de l'entourage du jihadiste ont été mis en examen et écroués samedi, selon une source judiciaire.

Trois membres de l'entourage du jihadiste Radouane Lakdim, qui avait tué quatre personnes à Trèbes en mars dernier – dont le lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame –, ont été mis en examen vendredi et écroués, a indiqué samedi 19 octobre une source judiciaire.

Les gardes à vue de trois autres personnes, elles aussi interpellées mardi à la demande des juges d'instruction en raison de leur proximité avec l'assaillant Radouane Lakdim, ont été levées sans faire l'objet de poursuites dans ce dossier, a précisé cette source.

Les trois personnes placées en détention provisoire ont été mises en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle" et, pour l'un d'eux, "détention d'armes de catégorie A et B en lien avec une entreprise terroriste", selon la source judiciaire.

Décidé par les juges antiterroristes parisiens, ce coup de filet de mardi est intervenu près de sept mois après les attentats de Trèbes et Carcassonne (Aude), revendiqués par l'organisation État islamique. Trois personnes avaient été interpellées à Carcassonne, une ailleurs dans le département de l'Aude, une dans les Bouches-du-Rhône et une dans l'Hérault, selon une source judiciaire.

Perquisitions et des auditions libres

Des perquisitions et des auditions libres avaient aussi été effectuées à Toulouse (Haute-Garonne), avait aussi indiqué cette source, confirmant des informations de l'Express.

Le 23 mars, Radouane Lakdim, 25 ans, avait volé une voiture à Carcassonne dont il avait abattu le passager et blessé le conducteur par balle. Il avait ensuite tiré sur des policiers devant leur caserne, avant d'entrer dans un supermarché Super U à Trèbes. Il y avait tué un boucher, un client ainsi que le lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame, qui s'était livré comme otage à la place d'une femme. Le jihadiste avait été abattu par des gendarmes de l'antenne GIGN de Toulouse.

Fin mars, la compagne de Radouane Lakdim, Marine P., une jeune convertie à l'islam alors âgée de 16 ans, avait été mise en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle" et placée en détention provisoire.

Avec AFP

Première publication : 20/10/2018

  • FRANCE

    Attentat de Trèbes : la compagne de Radouane Lakdim mise en examen

    En savoir plus

  • FRANCE

    Réouverture du Super U de Trèbes, trois semaines après l'attaque meurtrière

    En savoir plus

  • FRANCE

    Attaque terroriste dans l'Aude : l'assaillant abattu à Trèbes était un petit délinquant fiché S

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)