Accéder au contenu principal

Affaire Khashoggi : Paris estime que beaucoup de questions restent "sans réponse"

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian à l'Élysée, le 12 juin 2018.
Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian à l'Élysée, le 12 juin 2018. Ludovic Marin, AFP (Archive)

Le Quai d'Orsay a demandé une "enquête exhaustive et diligente" sur la mort du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, après les explications fournies par Riyad, qui a reconnu la mort du dissident dans son consulat pendant une "rixe à coups de poing".

PUBLICITÉ

Les explications de l'Arabie saoudite sur la mort du journaliste saoudien Jamal Khashoggi n’ont pas convaincu la France. Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a déclaré, samedi 20 octobre, qu’elles ne répondaient pas à toutes les questions. Il a réclamé une "enquête exhaustive et diligente".

"La confirmation de la mort de M. Jamal Khashoggi est un premier pas vers l'établissement de la vérité. De nombreuses questions restent toutefois sans réponse", a-t-il indiqué dans une déclaration écrite en condamnant "ce meurtre avec la plus grande fermeté".

>> À lire : Ces patrons français qui vont bouder le "Davos du désert" à Riyad

Ces questions "nécessitent une enquête exhaustive et diligente pour établir l'ensemble des responsabilités et permettre que les responsables du meurtre de M. Jamal Khashoggi répondent de leurs actes", a ajouté le ministre. "Ces attentes sont d'autant plus fortes que nos deux pays sont liés par un partenariat stratégique qui implique franchise, exigence et transparence", a-t-il encore estimé.

Le ministre allemand des Affaires étrangères suggère le gel des ventes d'armes

L'Arabie saoudite a admis samedi, 17 jours après la disparition de Jamal Khashoggi, que le journaliste avait été tué à l'intérieur du consulat du royaume à Istanbul. L'agence de presse officielle saoudienne SPA, citant le parquet, a évoqué une "rixe à coups de poing" qui a "conduit à sa mort". Aucune information n'a été donnée sur ce qu'il était advenu du corps.

Tout comme Paris, la chancelière allemande Angela Merkel a jugé "insuffisantes" les premières explications saoudiennes et dit attendre de Riyad "la transparence sur les circonstances de la mort et ses raisons de fond". Plus audacieux, son ministre des Affaires étrangères Heiko Maas a affirmé samedi que l'Allemagne "ne devrait pas autoriser de vente d'armes avec les Saoudiens tant que l'enquête sur la mort de Khashoggi n'est pas complète".

>> À lire : Affaire Khashoggi : la Turquie veut retrouver le corps et aller au bout de l’enquête

Les circonstances autour de la mort du journaliste et dissident saoudien Jamal Khashoggi sont très troublantes, a également déclaré samedi soir la Haute
représentante de l'Union européenne, Federica Mogherini, qui appelle à une enquête minutieuse, crédible et transparente.

Le Canada a aussi condamné le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, jugeant "ni crédibles ni cohérentes" les explications de Riyad et réclamant une "enquête approfondie".

Trump juge crédible la version de Riyad

À contre courant, le président américain Donald Trump n'a émis aucun doute sur les explications saoudiennes. À un journaliste qui lui demandait s'il jugeait "crédible" la version annoncée par Riyad, le chef d'État a répondu : "Oui, oui".

Le ministre français et ses homologues allemand Heiko Maas et britannique Jeremy Hunt avaient déjà demandé une "enquête crédible" le 14 octobre. Le quai d'Orsay était resté silencieux depuis.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.