Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

EUROPE

Brexit : la crainte de nouvelles violences à la frontière entre l'Irlande et le Royaume-Uni

© Capture d'écran France 24 | Le Premier ministre irlandais a expliqué qu'on pourrait assister à un retour à la violence à la frontière avec le Royaume-Uni en cas de Brexit.

Vidéo par Hervé AMORIC , Enda O’LOONEY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/10/2018

La frontière entre l'Irlande et l'Irlande du Nord est ouverte depuis vingt ans, mais le Brexit pourrait rétablir une frontière physique. Le Premier ministre irlandais a expliqué qu'on pourrait assister à un retour à la violence.

Après 20 ans de paix, le Brexit pourrait-il ouvrir la voie à un sursaut de violence en Irlande du Nord ? Il y a quelques jours, lors du sommet européen de Bruxelles, le Premier ministre irlandais Leo Varadkar est allé dans ce sens.

Il a expliqué à ses 26 homologues européens que si une frontière physique entre son pays et l'Irlande du Nord, qui fait partie du Royaume-Uni, était la conséquence d'un retrait britannique de l'Union européenne sans accord, un retour à la violence était une possibilité.

Les négociations sur les conditions du Brexit bloquent en effet sur la question de cette délimitation, appelée à devenir la seule séparation terrestre entre l'UE et le Royaume-Uni après la date prévue du 29 mars 2019.

Une poudrière de violence pendant 30 ans de conflit

Londres comme Bruxelles veulent éviter le rétablissement d'une frontière physique dans l'île afin de préserver l'Accord de paix du Vendredi Saint qui avait mis fin, en 1998, à 30 ans de conflit sanglant entre unionistes majoritairement protestants et républicains catholiques en Irlande du Nord.

Mais leurs points du vue sur la manière d'y parvenir sont restés irréconciliables lors du sommet européen des 17 et 18 octobre à Bruxelles, qui était présenté comme décisif.

>> À lire : Absence de percée sur le Brexit au sommet européen de Bruxelles

La solution proposée par l'UE prévoit de maintenir l'Irlande du Nord dans l'union douanière et le marché unique, si aucune autre solution n'est trouvée. Londres propose que l'ensemble du Royaume-Uni reste aligné sur les règles douanières de l'Union européenne jusqu'à la signature d'un accord de libre-échange plus large.

L'Irlande du Nord a voté à 56 % en faveur du maintien du Royaume-Uni au sein de l'UE lors du référendum du 23 juin 2016, à contre-courant du vote majoritaire (52 %) de l'ensemble des Britanniques, en faveur du Brexit. Dans cette province, les résultats ont été largement influencés par cette question de la frontière, selon des analystes politiques, véritable poudrière de violence durant les trois décennies de conflit.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 21/10/2018

  • ROYAUME-UNI

    Absence de percée sur le Brexit au sommet européen de Bruxelles

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Brexit : un sommet décisif pour tenter de sortir de l'impasse

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Les désaccords sur le Brexit persistent à la veille du sommet de l'UE

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)