Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La fin des sanctions contre l'Erythrée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mais qu'est ce que ça veut dire "mettre le bololo" ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : divorce à l'amiable avec Bruxelles ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"8, avenue Lénine" : le parcours du combattant d'une femme rom en France

En savoir plus

FOCUS

La minorité arménienne de Syrie se reconstruit à Erevan

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Un juge à la Cour suprême incite les Américains à s'investir dans la vie publique

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Yémen : la guerre décryptée

En savoir plus

FACE À FACE

Le mouvement des "gilets jaunes", entre grogne civile et récupération politique

En savoir plus

L’invité du jour

Titouan Lamazou : "Aller à la rencontre de l'infinie diversité de l'humanité"

En savoir plus

F1/GP des Etats-Unis - Hamilton en position idéale pour un sacre

© AFP | Circuit d'Austin (Texas) où se déroule ce week-end le Grand Prix de F1 des Etats-Unis et classements des pilotes et des constructeurs avant cette épreuve

AUSTIN (ETATS-UNIS) (AFP) - 

Il a un pied sur le trône: Lewis Hamilton prendra le départ du Grand Prix des Etats-Unis dimanche en pole position, idéale pour tenter de conquérir un cinquième titre mondial en F1 à l'issue de la course.

Son rival allemand Sebastian Vettel (Ferrari), qui a signé le deuxième temps des qualifications à 6/100 seulement, ne partira que cinquième sur la grille, après avoir écopé la veille d'une pénalité de trois places.

A quatre épreuves de la fin de saison, l'Anglais dispose d'un matelas de 67 points au classement des pilotes. En inscrire huit de plus que l'Allemand lui permettrait d'être sacré dimanche.

Il égalerait alors l'Argentin Juan Manuel Fangio, devenu quintuple champion du monde dans les années 1950. Seul l'Allemand Michael Schumacher a fait mieux, avec sept titres conquis entre 1994 et 2004.

S'il gagnait et que son dernier rival ne faisait pas mieux que troisième, le pilote Mercedes serait titré.

Or, le Circuit des Amériques a beau être propice aux dépassements, bien s'y qualifier a son importance: chacune des six éditions depuis 2012 a été remportée depuis la première ligne.

Hamilton a en outre gagné cinq des six GP disputés à Austin et six des sept courses précédentes cette année, les deux dernières devant son coéquipier finlandais Valtteri Bottas.

L'Allemand n'a lui pas terminé plus haut que troisième lors des quatre précédents GP, plombé par des erreurs de pilotage, les errances stratégiques de son équipe et la perte de performance subite et inexpliquée des Ferrari.

- Räikkönen et Bottas en arbitres -

Hamilton partagera la première ligne avec le Finlandais Kimi Räikkönen (Ferrari), idéalement placé lui aussi pour prendre la tête de la course au Britannique au départ ou céder la deuxième place à Vettel si celui-ci parvenait à remonter derrière lui.

La deuxième ligne sera occupée par Bottas, qui aura un rôle essentiel de bouchon entre son leader et l'adversaire allemand de ce dernier, et l'Australien Daniel Ricciardo (Red Bull).

Le Français Esteban Ocon (Force India), l'Allemand Nico Hülkenberg (Renault), l'autre Français Romain Grosjean (Haas), le Monégasque Charles Leclerc (Sauber) et le Mexicain Sergio Pérez (Force India) ferment le top 10 des qualifications.

Le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull), dont une suspension arrière s'est cassée en piste pendant la première partie (Q1), n'a pas pu participer à la Q2 et sera donc 13e sur la grille.

Les pilotes Toro Rosso, le Français Pierre Gasly devant le Néo-Zélandais Brendon Hartley, s'élanceront en fond de grille, pénalisés pour un changement de leurs moteurs Honda au-delà de la limite autorisée par saison, ainsi que de boîte de vitesses pour le second.

Vettel avait été sanctionné vendredi pour avoir insuffisamment ralenti sous drapeau rouge pendant les essais libres 1, après une sortie de piste de Leclerc. Une sanction qu'il n'avait pas manqué de critiquer.

Un incident inédit a marqué la troisième et dernière séance d'essais libres samedi: un morceau du halo (cet arceau destiné à protéger la tête des pilotes dans le cockpit) de la monoplace de Hartley s'est décroché pour heurter son casque, sans le blesser.

Le départ de la course sera donné à 13h10 locales (20h10 françaises/18h10 GMT), a priori par temps sec, comme samedi.

© 2018 AFP