Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : "Nouvelle droite", vieilles idées ?

En savoir plus

F1/GP des Etats-Unis - Räikkönen (Ferrari): "Je vieillis mais je ne suis pas encore trop mal"

© GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP | Kimi Raikkonen en conférence de presse du Grand Prix des Amériques à Austin (Texas), le 21 octobre 2018

AUSTIN (ETATS-UNIS) (AFP) - 

"Je vieillis mais je ne suis pas encore trop mal. J'ai peut-être ma place (en F1) pour quelques années", a plaisanté le Finlandais Kimi Räikkönen (Ferrari), 39 ans, vainqueur aux Etats-Unis dimanche de son premier GP depuis 2013.

La saison prochaine, celui-ci quittera la Scuderia pour Sauber, avec qui il s'est engagé pour deux ans, jusque fin 2020.

Q: Vous n'étiez plus monté sur la plus haute marche du podium depuis le Grand Prix d'Australie 2013, quel effet cela vous a-t-il fait ?

R: "Bien sûr, je voulais gagner et je n'étais pas sûr que ça arrive parce que j'ai plusieurs fois été proche et finalement ça ne s'est pas produit. Dans les cinq derniers tours, je savais que ça irait parce que mes pneus étaient en bon état et quand ils (Max Verstappen, 2e, et Lewis Hamilton, 3e) se sont rapprochés, il était de toute façon très difficile de se suivre. C'est agréable d'entendre l'hymne national finlandais, surtout en ayant gagné. C'est ce que vous voulez lors de chaque course, nous voulons tous gagner, donc j'en suis heureux (...) Mais ça ne change pas grand chose pour moi. Ça n'est qu'un nombre. La vie continue."

Q: Cette victoire est-elle aussi une réponse à votre détracteurs, qui se demandaient si à 39 ans vous seriez de nouveau capable de gagner un jour ?

R: "Vous allez peut-être me poser de nouveau cette question dès le week-end prochain ! (rires) Je ne sais pas... Je suis heureux de ce qu'il s'est passé. Heureux pour l'équipe. Nous sortons de deux courses difficiles et je prouve aux gens certaines choses. Je vieillis peut-être mais je ne suis pas encore trop mal. J'ai peut-être encore ma place ici pour quelques années. J'ai apprécié, parce que nous sommes là pour gagner. C'est ce que j'essaye toujours de faire, mais ce n'est pas facile, sinon tout le monde le ferait. Ce week-end a été solide sur bien des plans. Je me sentais bien dans la voiture. On verra la prochaine course mais pour l'instant tout va bien. Je n'ai pas à me plaindre. On va s'amuser un peu ce soir et on passera à la semaine suivante."

Q: Lors de votre dernière victoire il y a cinq ans, vous n'étiez pas encore père de famille. Cela change-t-il quelque chose de savoir que votre femme et vos enfants vous ont vu gagner ?

R: "Ils me le demandent depuis un moment mais je crois qu'ils sont plus intéressés par la casquette (remise au vainqueur) que par la victoire elle-même. Je sais qu'on peut l'acheter mais ça n'aurait pas été très +fair play+ de la leur offrir comme ça. Je suis sûr que ma charmante épouse et mes enfants sont contents. Enfin, les enfants se sont probablement endormis pendant la course mais ma femme a dû la regarder. Je suis très heureux pour nous tous, c'est bien de gagner à nouveau, mais ça ne change pas ma vie et ça ne les fera pas me regarder différemment. Mon fils veut surtout un des pneus miniature remis au +poleman+ pour jouer avec. Bref, je suis sûr qu'ils sont heureux et moi de les rendre heureux. On aura une chouette discussion à mon retour."

Propos recueillis en conférence de presse

© 2018 AFP