Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Mauvaises herbes", la banlieue vue par Kheiron

En savoir plus

FOCUS

Le marché des enfants, un fléau national en Chine

En savoir plus

FACE À FACE

Gilets jaunes : le mouvement s'essouffle-t-il ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Guerre économique : l'OMC a-t-elle encore une marge de manœuvre ?

En savoir plus

L’invité du jour

Gérard Mourou : "Le Nobel de physique a changé ma vie"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Budget italien : les investisseurs dans l'attente de la décision de Bruxelles

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Thanksgiving, Donald Trump, et ses petites dindes"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Des militantes féministes torturées dans les prisons saoudiennes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : des dizaines de migrants débarqués du Nivin dans le port de Misrata

En savoir plus

Moyen-Orient

La Jordanie veut récupérer des terres agricoles prêtées à Israël depuis 1994

© Menahem Kahana, AFP | La localité de Baqura, vue depuis Israël, en octobre 2018.

Texte par Rémi CARLIER

Dernière modification : 22/10/2018

La Jordanie a décidé dimanche de ne pas renouveler l’accord permettant à son voisin israélien d’exploiter deux petites zones agricoles à l’intérieur de ses frontières. La mesure était incluse dans le traité de paix de 1994.

Le roi jordanien Abdallah II a annoncé dimanche 21 octobre son intention de récupérer deux zones frontalières prêtées à Israël dans le cadre de l’accord de paix entre les deux pays signé en 1994.

"Nous avons informé Israël [que nous mettons] fin à l'application des annexes du traité de paix concernant Baqoura et Ghoumar", a affirmé le roi, cité par l'agence officielle Petra, soulignant que ces deux localités "sont des terres jordaniennes et resteront jordaniennes".

L’accord de paix de Wadi Araba, signé en octobre 1994 par le royaume hachémite et l’État hébreu, avait mis fin à l’état de guerre maintenu depuis 1948. Il régle notamment les questions de gestion du territoire, de sécurité, de coopération et de répartition des eaux fluviales. La première annexe, celle évoquée par le monarque, autorise les Israéliens à exploiter gratuitement, pendant 25 ans, les 6 km² de terres agricoles de Baqoura (Naharayim en hébreu), au confluent du Jourdain et du Yarmouk, au nord de la Jordanie, et les 4 km² de Ghoumar, au sud, exploités par les fermiers du village voisin de Tzofar.

Le traité stipule que l’accord doit se renouveler automatiquement si aucune des deux parties n’a donné un préavis d’un an avant son terme – en l'occurence ce vendredi – pour mettre fin au statut particulier des deux zones. Le roi jordanien a affiché sa volonté de protéger "les intérêts nationaux" du pays, dans une "époque de tourments régionaux" chez ses voisins irakien et syrien.

"C’est un désastre"

Le Premier ministre israélien a répondu dimanche qu'il souhaitait mener des négociations pour permettre une prolongation du statut actuel. "Il ne fait aucun doute que d'un point de vue d'ensemble, cet accord dans sa totalité constitue un bien important et cher pour nos deux pays", a expliqué Benjamin Netanyahou.

La fin de la mise à disposition de Ghoumar "entraînerait une catastrophe pour l’agriculture", déplore Eyal Blum, responsable du Conseil régional d’Arava centre, où est situé le village de Tzofar. "Elle affectera entre 20 et 30 fermiers et environ 1 000 dounams [100 hectares] de terre seront transférés aux Jordaniens. C’est un désastre pour Tzofar."

"Nous sommes surpris et déçus par l’annonce jordanienne. Nous avons entretenu de bonnes relations avec les fermiers des deux côtés [de la frontière] pendant de nombreuses années. Nous pensons que ce n’est pas la fin de l’histoire et qu’Israël trouvera un moyen de négocier avec le roi Abdallah", a annoncé Idan Greenbaum, directeur du Conseil régional de la vallée du Jourdain, qui inclut Baqoura/Naharayim.

Intensification des tensions diplomatiques

La remise en cause de l’accord fait débat depuis plusieurs jours en Jordanie, où des députés et des militants ont appelé le gouvernement à ne pas renouveler le texte permettant à Israël de disposer de ces terres frontalières. Les relations entre les deux pays sont bonnes depuis 1994 : la Jordanie est le seul pays arabe, avec l’Égypte, à avoir une ambassade en Israël et à accueillir des représentations diplomatiques de l'État hébreu sur son territoire. Mais le traité de paix est largement impopulaire auprès de la population jordanienne, où les revendications propalestiniennes sont répandues.

Ces dernières années, les tensions diplomatiques se sont cependant intensifiées entre les deux voisins. Amman, soutien de la solution à deux États entre Israël et la Palestine avec Jérusalem comme capitale partagée, s’est insurgé contre le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem, en décembre 2017. Le royaume dénonce aussi régulièrement l’absence de négociations politiques d’Israël avec les Palestiniens et la politique d’accaparement des terres par l’État hébreu dans les territoires occupés.

>> À lire : Chroniques de Jérusalem : trois jours dans le huis clos d’une ville hors du temps

La dégradation des relations s'est accentuée en juillet 2017, lorsqu’un agent de sécurité de l’ambassade israélienne d’Amman a abattu un Jordanien qui, selon ses dires, avait tenté de le poignarder. Un passant avait également été mortellement touché. Une impasse diplomatique s’en était suivie pendant plusieurs mois, et l’ambassadrice israélienne avait dû quitter le pays avec le personnel de l’ambassade.

Première publication : 22/10/2018

  • CISJORDANIE - ISRAËL

    Cisjordanie : Netanyahou reporte la démolition du village bédouin de Khan al Ahmar

    En savoir plus

  • SYRIE

    Réouverture du principal poste-frontière entre la Jordanie et la Syrie

    En savoir plus

  • ISRAEL

    Dix tonnes de courrier bloquées depuis 2010 par Israël arrivent en Cisjordanie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)