Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Mouvement des "gilets jaunes" : le carburant des extrêmes ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Jean-Claude Juncker : "Nous entretenons des relations difficiles avec l’administration Trump"

En savoir plus

FOCUS

23 millions de candidats, 127 000 postes : Indian Railways recrute !

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Enrico Letta : "Aucun accord de Brexit ne peut réunir une majorité au Parlement britannique"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

François Durpaire et nos ancêtres pas si Gaulois

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Manou Gallo, un nouvel album groove et funk à la sauce ivoirienne

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Lille: Ryad le jardinier, le bio au quartier

En savoir plus

L’invité du jour

Riad Sattouf : "La BD est le moyen d'expression le plus puissant"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Daniel Kretinsky, le milliardaire tchèque à l'assaut de la presse française

En savoir plus

FRANCE

Mort de Robert Faurisson, chef de file des négationnistes français

© Jack Guez, AFP | Robert Faurisson, photographié en 2000 au Palais de justice de Paris (archives).

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/10/2018

Le chef de file du courant négationniste français Robert Faurisson est décédé dimanche à 89 ans à Vichy. Condamné à de nombreuses reprises dès 1981, il avait notamment nié l'existence des chambres à gaz dans les camps de concentration nazis.

L’universitaire Robert Faurisson, l'une des figures françaises du négationnisme, plusieurs fois condamné pour ses thèses niant le génocide des juifs par le régime nazi, est mort à son domicile, à Vichy, à l'âge de 89 ans.

"Robert Faurisson revenait d'Angleterre quand il s'est écroulé" chez lui dimanche soir, a déclaré à l'AFP sa sœur, Yvonne Schleiter.

Ancien professeur de littérature de l'université de Lyon, il avait fait face à une cascade de procès après la publication de ses thèses dans la presse, fin 1978. Robert Faurisson soutenait que le génocide des juifs par les nazis était un mensonge destiné à récolter des dommages de guerre. Il assurait aussi que les déportés juifs étaient morts de maladie et de malnutrition. Il contestait enfin l'authenticité du journal de la jeune juive néerlandaise Anne Frank.

Se rendant en 1976 à Auschwitz, Robert Faurisson avait prétendu, après avoir consulté certaines archives, pouvoir prouver que les chambres à gaz ne pouvaient avoir fonctionné comme cela était établi par les historiens. Il avait alors été non seulement soutenu par l'extrême-droite, mais aussi par une fraction très minoritaire de l'utra-gauche.

"Ses 'thèses' immondes vivent encore"

Condamné à de nombreuses reprises en France entre 1981 et 2007, notamment pour contestation de crime contre l'humanité et provocation à la discrimination, il a été le premier justiciable français condamné en vertu de la loi Gayssot de 1990 visant à réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe.

"Le négationniste Robert Faurisson est mort mais ses 'thèses' immondes vivent encore. Le combat pour la vérité historique continue face aux faussaires de l'Histoire", a réagi la Fondation pour la mémoire de la Shoah sur Twitter.

Robert Faurisson a "rendu un grand service involontairement" en permettant que la Shoah soit "l'un des événements les mieux connus du monde", a réagi lundi Serge Klarsfeld, président de l'association des Fils et filles de déportés juifs de France.

"Sans fleurs ni couronnes"

Membre de l'Association pour défendre la mémoire du maréchal Pétain, l’universitaire avait perdu en 2007 contre Robert Badinter qui l'avait qualifié de "faussaire de l'Histoire". L'année précédente, il avait exprimé ses thèses à la télévision iranienne avec un certain impact dans les milieux intellectuels et religieux du monde musulman en lutte contre l'État d'Israël. En 2012, il reçoit du président Mahmoud Ahmadinejad le premier prix honorant "le courage, la résistance et la combativité".

Né le 25 janvier 1929 en Grande-Bretagne, d'une mère écossaise et d'un père français, il a été l'objet de plusieurs agressions, dont une près de son domicile à Vichy (Allier) en 1989 par plusieurs membres d'une association baptisée Les fils de la mémoire juive, qui le conduira à l'hôpital.

Robert Faurisson, précise l'historienne Valérie Igounet à l'AFP, a repris des thèses d'extrême droite fascistes qui circulaient dans l'après-guerre mais qui n'étaient pas audibles, en se prévalant de sa qualité de professeur de littérature. Il y a trouvé un moyen à la fin des années 1970 pour acquérir une notoriété médiatique. Sans être affilié à un parti d'extrême droite, il faisait partie de plusieurs amicales.

"Je ne connaissais pas Robert Faurisson, mais les moyens considérables employés durant des décennies pour le réduire au silence me paraissent emblématiques du recul des libertés d'expression et d'opinion dans notre pays", a affirmé lundi dans un communiqué l'ex-leader du Front national Jean-Marie Le Pen.

La ministre chargée des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, a souhaité de son côté l'enterrement pour toujours du "négationnisme hideux", "sans fleurs ni couronnes".

Avec AFP

Première publication : 22/10/2018

  • POLOGNE

    Shoah en Pologne : une loi pour mettre les historiens au pas ?

    En savoir plus

  • DÉCÈS

    Roger Garaudy, figure du négationnisme, est mort

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Muselé par sa communauté, l'évêque Williamson est absent de son procès pour négationnisme

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)