Accéder au contenu principal

La Commission européenne rejette le budget anti-austérité de l'Italie

La Commission européenne a rejeté les prévisions de budget 2019 de l'Italie.
La Commission européenne a rejeté les prévisions de budget 2019 de l'Italie. Reuters

La Commission européenne a rejeté le projet de budget pour 2019 de l'Italie parce qu'il enfreint les règles communautaires. Rome a trois semaines pour présenter un nouveau document.

Publicité

C'est une première dans l'histoire de l'Union européenne. Mardi 23 octobre, la Commission a rejeté les prévisions de budget d'un pays membre de la zone euro, à savoir l'Italie. "Aujourd'hui, pour la première fois, la Commission est obligée de demander à un pays de la zone euro de revoir son projet de budget", a déclaré Valdis Dombrovskis, vice-président de l'exécutif européen, lors d'une conférence de presse. "Mais nous ne voyons aucune autre possibilité que de demander au gouvernement italien de faire ainsi. Nous sommes d'avis de donner à l'Italie un maximum de trois semaines pour apporter un projet de budget révisé pour 2019", a-t-il ajouté.

"Nous ne sommes pas face à un cas 'borderline' mais face à une déviation claire, nette, assumée et par certains, revendiquée", a dénoncé le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici.

"Ils sont en train de s'attaquer à un peuple"

"Cela ne change rien, que ces messieurs de la spéculation se rassurent, on ne retourne pas en arrière", a déclaré Matteo Salvini, patron de la Ligue et ministre italien de l'Intérieur. "Ils ne sont pas en train de s'attaquer à un gouvernement mais à un peuple. Ce sont des choses qui mettent les Italiens encore plus en colère et après on se plaint que la popularité de l'Union européenne soit au plus bas", a-t-il ajouté.

>> À lire : "Italie : un budget anti-austérité qui pose problème aux gauches européennes"

Lundi, le gouvernement italien avait présenté à Bruxelles un budget 2019 non conforme au Pacte européen de stabilité et de croissance. Rome prévoyait un déficit à 2,4 % du PIB en 2019, contre 0,8 % pour le précédent gouvernement, puis à 2,1 % en 2020 et à 1,8 % en 2021. Dans le même temps, le gouvernement s'était engagé à porter la dette publique, actuellement à quelque 131 % du PIB, à 126,5 % en 2021.

Conscient de ne pas être en conformité avec les exigences européennes, la coalition au pouvoir en Italie, formée de la Ligue (extrême droite) et du Mouvement 5 étoiles (M5S, anti-système) avait réaffirmé son attachement à l'UE et à la zone euro, assurant qu'il n'y avait "aucune chance" que l'Italie en sorte.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.