Accéder au contenu principal

Des colis potentiellement explosifs envoyés à Barack Obama, Hillary Clinton et CNN

Des policiers new-yorkais sécurisant les alentours du siège de la chaîne CCN, le 24 octobre.
Des policiers new-yorkais sécurisant les alentours du siège de la chaîne CCN, le 24 octobre. Shannon Stapleton, Reuters

Des colis potentiellement explosifs ont été envoyés à plusieurs personnalités démocrates, dont Barack Obama et Hillary Clinton. Le siège de la chaîne CNN à New York a été évacué après la découverte d'un colis dissimulant également un engin explosif.

Publicité

Colis potentiellement explosifs visant Hillary Clinton, Barack Obama et la chaîne CNN : à 13 jours des élections législatives américaines, la tension est montée d'un cran dans un climat politique plus que jamais polarisé.

Le Secret Service, bureau fédéral chargé de la protection des anciens présidents et de leur famille, a indiqué, mercredi 24 octobre, avoir intercepté deux colis contenant "des engins explosifs potentiels" destinés à l'ex-secrétaire d'État démocrate Hillary Clinton et à l'ex-président démocrate Barack Obama, deux jours après qu'une bombe artisanale a été retrouvée chez le financier George Soros, autre démocrate notoire.

Le paquet destiné à Hillary Clinton, rivale démocrate malheureuse face à Donald Trump à la présidentielle de 2016, a été intercepté mardi lors d'une vérification de routine, a indiqué le Secret Service dans un communiqué.

Celui destiné à l'ex-président démocrate Barack Obama a été intercepté mercredi matin. Aucun des colis n'est parvenu à ses destinataires, dont la vie n'a pas été mise en danger, a précisé cette même source.

"Actes lâches"

Personne n'a encore revendiqué l'envoi de ces colis. La Maison Blanche a rapidement dénoncé ces envois. "Ces actes terrifiants sont ignobles, leurs responsables devront répondre de leurs actes devant la justice", a indiqué Sarah Sanders, porte-parole du président américain Donald Trump, soulignant que les forces de l'ordre prendraient toutes les mesures nécessaires pour protéger toute personne menacée par "ces lâches".

Pour sa part, Donald Trump a lancé un appel à l'unité et jugé que la "violence politique" n'était pas tolérable aux États-Unis. "Dans des moments comme celui-ci, nous devons nous rassembler", a déclaré le président américain depuis la Maison Blanche.

Peu avant, il s'était contenté de retweeter un tweet de son vice-président, Mike Pence, dans lequel il disait "condamner les tentatives d'attaques contre l'ex-président Obama, les Clinton, CNN et les autres", soulignant que "ces actes lâches sont méprisables et n'ont pas leur place dans notre pays". "Je suis de tout cœur d'accord !" avait commenté le président américain.

Dans une première réaction depuis la Floride, retransmise à la télévision, Hillary Clinton a remercié le Secret Service, tout en déplorant la "période perturbante" que traversent les États-Unis ."C'est une période de divisions profondes et nous devons faire tout ce que nous pouvons pour nous rassembler", a-t-elle déclaré, avant d'appeler à voter pour des candidats "qui feront cela".

Tuyau de métal avec des fils électriques

Peu après le communiqué du Secret Service, la chaîne d'informations en continu CNN, souvent prise pour cible par Donald Trump pour sa couverture selon lui favorable aux démocrates et hostile à sa présidence, annonçait avoir évacué ses bureaux new-yorkais, situés à Columbus Circle, au cœur de Manhattan, à cause d'un colis suspect.

La police new-yorkaise a envoyé une brigade de déminage sur place. Elle a précisé ensuite avoir retrouvé un tuyau de métal avec des fils électriques, sans parler directement d'engin explosif.

La chaîne a indiqué que le paquet avait été adressé spécifiquement à John Brennan, ex-directeur de la CIA qui intervient régulièrement sur CNN et s'est montré critique envers l'administration Trump, au point que Donald Trump a pris en août la décision inédite de lui retirer son habilitation de sécurité.

L'alerte a été levée. La police de New York a précisé qu'un engin explosif actif se trouvait à l'intérieur du colis. De la poudre blanche en cours d'analyse a été également découverte par les artificiers. "Il s'agit clairement d'un acte de terrorisme", a déclaré lors d'une conférence de presse le maire démocrate de New York, Bill de Blasio.

Un autre colis suspect a été adressé à Eric Holder, ancien ministre de la Justice d'Obama. Livré à une mauvaise adresse, indique CNN, il a été renvoyé à l'adresse de l'expéditeur telle que mentionnée sur le colis, à savoir celle d'une parlementaire démocrate, Debbie Wasserman Schultz, élue de Floride à la Chambre des représentants. L'immeuble où se trouve sa permanence a été évacué.

Deux jours après Soros

Ces informations surviennent deux jours après qu'une bombe artisanale a été retrouvée dans la boîte aux lettres du domicile du financier George Soros, grand donateur démocrate devenu la cible des complotistes et nationalistes en Europe et aux États-Unis.

Selon certains médias américains, les colis adressés à Hillary Clinton et à Barack Obama étaient similaires à celui retrouvé chez George Soros. CNN a indiqué de son côté que le paquet adressé à la chaîne était similaire à ceux envoyés aux Clinton et aux Obama.

L’expédition des colis suspects survient alors que les États-Unis sont en pleine campagne pour les élections parlementaires du 6 novembre, à l'issue desquelles les démocrates espèrent reprendre le contrôle de la Chambre des représentants et du Sénat et paralyser la présidence de Donald Trump.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.