Accéder au contenu principal

Robert De Niro et Joe Biden visés à leur tour par des colis suspects

Une dizaine de personnalités notoirement hostiles à Donald Trump ont reçu un colis suspects ces derniers jours.
Une dizaine de personnalités notoirement hostiles à Donald Trump ont reçu un colis suspects ces derniers jours. Reuters

L'acteur Robert De Niro et l'ancien vice-président Joe Biden ont reçu à leur tour jeudi des colis contenant des bombes artisanales. Depuis quelques jours des personnalités hostiles au président Trump ont été prises pour cible.

PUBLICITÉ

La liste s'allonge. Après Hillary Clinton et Barack Obama, Robert De Niro, critique notoire du président Trump et l'ancien vice-président Joe Biden ont reçu des colis piégés contenant des engins explosifs.

La police a indiqué avoir envoyé une brigade de déminage dans bureaux new-yorkais de la société de production du célèbre comédien américain. Le paquet, adressé à Robert De Niro, contenait bien lui aussi un engin explosif, a-t-elle précisé, comme ceux envoyés ces derniers jours à la chaîne CNN, cible des attaques de Donald Trump, et à des personnalités proches des démocrates et critiques du président : le financier George Soros, la candidate démocrate à la présidentielle de 2016 Hillary Clinton, l'ex-président démocrate Barack Obama et son ex-ministre de la Justice Eric Holder.

L'affaire des colis suspects est devenu le nouveau sujet dominant et polarisant de la campagne pour les législatives du 6 novembre, dont l'issue sera déterminante pour la suite de la présidence Trump.

La police fédérale américaine (FBI) avait indiqué mercredi soir que tous ces paquets étaient similaires, et portaient tous comme adresse d'expédition celle d'une élue démocrate de Floride.

Personne n'a été mis en danger, mais la police fédérale dit avoir déployé toutes les ressources possibles pour retrouver le ou les auteurs de ces envois, même si aucune arrestation n'a encore été annoncée.

Certains des paquets semblent avoir été livrés "par coursier ou en mains propres", a expliqué jeudi le gouverneur démocrate de New York Andrew Cuomo, et la police passe au peigne fin toutes les images de vidéosurveillance pour essayer d'identifier les livreurs.

"Médias "hargneux"

Après avoir appelé les Américains au "rassemblement" mercredi, Donald Trump a repris ses attaques contre les médias jeudi, les accusant d'être en "grande partie" responsables de la "colère" dans la société américaine.

Après l'annonce des nouveaux colis suspects jeudi, la porte-parole de la Maison Blanche Sarah Sanders a assuré que le président, "comme il le dit depuis le premier jour de son mandat", "condamne la violence sous toutes ses formes".

Mais de nombreux responsables démocrates accusent le président américain de "cautionner la violence" et d'attiser les divisions. "Arrêtez de faire des reproches aux autres. Regardez-vous dans la glace, votre rhétorique incendiaire, vos insultes, mensonges et incitations à la violence physique sont honteuses", a tweeté jeudi John Brennan, l'ex-directeur de la CIA John Brennan, virulent détracteur du président et spécifiquement visé par le paquet déposé chez CNN.

AFP

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.