Accéder au contenu principal

Onze morts et six blessés après une fusillade dans une synagogue de Pittsburgh

Une fusillade a eu lieu dans une synagogue à Pittsburgh, en Pennsylvanie, le 27 octobre 2018.
Une fusillade a eu lieu dans une synagogue à Pittsburgh, en Pennsylvanie, le 27 octobre 2018. Brendan Smialowski, AFP

Une fusillade qui a eu lieu samedi dans une synagogue de Pittsburgh, en Pennsylvanie, a fait onze morts et six blessés, selon un bilan officiel. Le tireur a été interpellé, et le caractère antisémite de cette attaque unanimement condamné.

PUBLICITÉ

Un homme a ouvert le feu, samedi 27 octobre, dans la synagogue de la Tree of Life Congregation à Pittsburgh, en Pennsylvanie, où des fidèles étaient rassemblés pour un office. "Nous avons de nombreuses victimes à l'intérieur de la synagogue", avait indiqué aux médias sur place un porte-parole de la police peu après la fusillade.

L'attaque a eu lieu dans le quartier de Squirrel Hill à Pittsburgh, centre historique de la communauté juive de cette ville du nord-est des États-Unis.

Le tireur a crié "Tous les juifs doivent mourir"

Un homme identifié comme Robert Bowers a crié "Tous les juifs doivent mourir", selon des médias, et a commencé à tirer sur les fidèles réunis en ce jour de chabbat, le repos hebdomadaire juif, pour une cérémonie marquant la naissance d'un enfant.

À son arrivée sur les lieux, la police a dû ouvrir le feu pour appréhender Robert Bowers, qui disposait d'un fusil d'assaut et d'au moins trois armes de poing quand il est entré dans la synagogue, selon les autorités.

"Il y a eu 11 morts dans la fusillade", a déclaré samedi soir le directeur de la sécurité publique de Pittsburgh, Wendell Hissrich lors d'une conférence de presse, précisant qu'aucun enfant n'avait été tué. "Il y a eu en plus six blessés, y compris quatre policiers", a-t-il poursuivi.

Le maire de Pittsburgh, Bill Peduto, a précisé dimanche à la chaîne
de télévision locale KDKA qu'une liste des victimes serait présentée lors d'une conférence de presse à 14 heures heure française (13h00 GMT).

Le tireur poursuivi pour crime antisémite

Le tireur s'est finalement rendu et a été placé en garde à vue, a indiqué la police. Selon plusieurs médias américains, il s'agit d'un homme de 46 ans, inconnu des services de police. Il est cependant l'auteur présumé d'une série de posts antisémites en ligne, notamment sur le site Gab.com, où des théories conspirationnistes s'affichent couramment.

Lancé en 2016 sur le modèle de Twitter, Gab a indiqué samedi que Joyent, la société lui fournissant l'accès à internet, mettait fin à ses services à compter de lundi. "Gab va probablement être hors service pendant des semaines à cause de cela", a réagi le réseau social sur son compte Twitter.

Placé en garde après un échange de tirs avec la police, Robert Bowers a été transféré à l'hôpital. Il sera poursuivi, entre autres, pour crime antisémite et sera passible de la peine de mort, a déclaré le ministre américain de la Justice, Jeff Sessions.

La justice fédérale a peu après inculpé le tireur de 29 chefs d'accusation, dont 11 chefs d'utilisation d'une arme à feu pour commettre un meurtre et 11 chefs d'obstruction de l'exercice d'une religion ayant entraîné la mort.

Les drapeaux américains en berne

Donald Trump a dénoncé la "haine" aux États-Unis, tout en déclarant au sujet du tireur : "Quand des gens font ce genre de chose, ils devraient se voir infliger la peine capitale." Samedi soir, il a aussi précisé qu'"il ne doit y avoir aucune tolérance pour l'antisémitisme". "L'antisémitisme et la persécution des juifs représentent l'un des traits les plus sombres et les plus ignobles de l'histoire humaine", a-t-il indiqué.

Le président américain a annoncé qu'il se rendrait bientôt à Pittsburgh. Il a ordonné la mise en berne des drapeaux américains jusqu'au 31 octobre en signe de "respect solennel" pour les victimes. Cela concerne les drapeaux à la Maison Blanche, sur les bâtiments publics, dans les camps militaires, dans les bases navales et sur les navires de guerre.

L'Anti-Defamation League (ADL), grande organisation américaine de lutte contre l'antisémitisme, a déclaré qu'il s'agissait "probablement" de "l'attaque contre la communauté juive la plus meurtrière de l'histoire des États-Unis".

Attaque dans le centre historique de la communauté juive de Pittsburgh

"Je suis juste triste. Je ne sais pas quoi vous dire (...) ça ne devrait pas arriver, point. Ça ne devrait pas arriver dans une synagogue", a déclaré peu après la fusillade sur CNN, Jeff Finkelstein, le président de la "Jewish Federation of Greater Pittsburgh".

La police de New York a de son côté fait savoir qu'elle renforçait la sécurité autour des lieux de culte de la ville, avec notamment des patrouilles supplémentaires. Hors des Etats-Unis, les réactions à cette fusillade se sont multipliées samedi soir, toutes condamnant le caractère antisémite de la fusillade.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.