Estonie : l’e-démocratie inquiétée par la Russie (Partie 1)

France 24

Rupture avec l’URSS en 1991, entrée dans l’UE en 2004, dans la zone Euro en 2011... L’Estonie a beau être le plus petit état balte, il pourrait donner des leçons de développement numérique aux Européens. Et il les invite d'ores et déjà à se méfier de la Russie.

Publicité

Pour parler de cybersécurité, nous rencontrons la présidente Kersti Kaljulaid à Tallin, puis nous partons à la frontière russe, dans le château de Narva, pour y rencontrer Yana Toom, une eurodéputée du Parti du Centre (au pouvoir). Cette ancienne ministre russophone, évoque avec nous les rapports ambigus de son pays avec la Russie.

• L’Intelligence artificielle made in Estonie

L’Estonie est un modèle d’e-démocratie, elle a offert des cartes d’identité électroniques à ses 1,3 million d’habitants et cette "nation des start-up" se tourne maintenant vers l’intelligence artificielle pour mettre les robots au service de toute l’économie.

• La cité russophone de Narva

À la frontière avec la Russie, cette ville de 60 000 habitants compte 95 % de russophones, bien contents de vivre de ce côté du pont. Les autorités cherchent à les inclure dans la vie du pays pour en faire un modèle d'intégration à l'échelle nationale, où cette minorité représente un quart de la population.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine