Accéder au contenu principal
PORTRAIT

Brésil : Fernando Haddad, le dernier espoir de la gauche brésilienne

Fernando Haddad, candidat du Parti des travailleurs, est arrivé deuxième au premier tour de la présidentielle au Brésil.
Fernando Haddad, candidat du Parti des travailleurs, est arrivé deuxième au premier tour de la présidentielle au Brésil. Amanda Perobelli, Reuters

Arrivé derrière Jair Bolsonaro au premier tour, Fernando Haddad tente de rassembler autour de lui pour former un front républicain. Mais il n'a pas le charisme de son mentor Lula, dont il a tenté de se distancer pour séduire l'électorat centriste.

PUBLICITÉ

Face au candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro pour le second tour de l’élection présidentielle au Brésil, Fernando Haddad est le seul espoir de la gauche brésilienne. Désigné le 11 septembre dernier pour représenter le Parti des travailleurs après le retrait forcé de Luiz Inacio Lula da Silva, ce fils d’immigrés libanais est loin d'avoir le charisme de son mentor, dont il a tenté de se distancer pour séduire l'électorat centriste.

>> À lire aussi : Au Brésil, le candidat de gauche Fernando Haddad veut lutter jusqu'au bout contre le "fascisme"

Crédité de 46% et 45% des intentions de vote dans les deux derniers sondages publiés samedi 27 octobre au soir, contre 54% et 55% pour Jair Bolsonaro, Fernando Haddad veut encore y croire.  "Personne ne pensait que j'arriverais au second tour. J'ai obtenu 29% des voix (...) donc je trouve qu'en un mois nous avons fait un beau travail", a déclaré mi-octobre dans un entretien à l'Agence France Presse (AFP) celui qui n'était crédité que de 4 % des intentions de vote avant de prendre en marche le train de la campagne.

Un intellectuel mesuré

Fernando Haddad, 55 ans, professeur de sciences politiques à l'Université de Sao Paulo, également membre du barreau, a l'image d'un intellectuel mesuré. Il est à des années-lumière du style de l'ancien métallo proche du peuple qu'est Lula. Pour autant, cela n'a pas empêché le PT de miser dans un premier temps sur le slogan "Haddad, c'est Lula".

>> À lire aussi : Le Brésil divisé entre l'extrême droite de Bolsonaro et l'héritage de Lula

Pour l'entre deux-tours, la stratégie a radicalement changé : Lula a progressivement disparu des spots de campagne et les couleurs vert et jaune du drapeau national ont remplacé le rouge du PT sur le logo officiel de sa candidature. L'objectif : ratisser le plus large possible pour faire barrage à l'extrême droite et s'ériger en défenseur des valeurs démocratiques. Haddad a accusé Jair Bolsonaro de « fomenter la violence ».

"Haddad relax"

Fernando Haddad a également cessé de rendre visite à Lula dans sa prison de Curitiba (sud), comme il le faisait chaque semaine avant le premier tour. Il a préféré miser sur une image plus consensuelle, qui colle mieux à sa personnalité.

"Je ne suis pas une personne anxieuse, j'attends que les choses se passent pour prendre mes décisions. Je suis un être politique, dans le sens où je participe à la vie publique depuis que je suis étudiant", avait-il affirmé fin 2016 au journal espagnol El Pais.

>> À voir aussi : "Non, pas lui !" : les Brésiliennes mobilisées contre le candidat d’extrême-droite Jair Bolsonaro

Souriant, affable, les cheveux châtains légèrement grisonnants soigneusement peignés, il est parfois surnommé "Haddad tranquilao" ("Haddad relax") en raison de sa sérénité à toute épreuve, loin de la fougue de son mentor.

Dans l’ombre de Lula

La comparaison avec Lula reste dans toutes les têtes. De fait, Fernando Haddad a fait pratiquement toute sa carrière politique dans l'ombre de Lula, qui l'a nommé ministre de l'Éducation en 2005.

>> À lire aussi : Brésil: Fernando Haddad, l'héritier de Lula

En 2012, ce père de deux enfants marié depuis 30 ans à une dentiste était loin d'être favori pour l'élection municipale de Sao Paulo, la plus grande ville d'Amérique du Sud, mais Lula l'a soutenu à bout de bras jusqu'à la victoire finale.

Quatre ans plus tard, cependant, il a subi une défaite cuisante dès le premier tour quand il briguait une réélection, n'obtenant que 17 % des voix.

À l'époque, le PT avait subi une déconfiture monumentale aux municipales, quelques mois après la destitution controversée de la présidente Dilma Rousseff, dauphine de Lula (2011-2016), pour maquillage des comptes publics.

Rattrapé par des accusations de corruption

Plusieurs membres du PT commençaient également à être rattrapés par les affaires de corruption, notamment Lula. Haddad lui-même a été inquiété par la justice. Début septembre, il a été mis en accusation pour des faits présumés de corruption liés à sa campagne pour les municipales de 2012.

L'ancien maire a dénoncé des accusations "sans preuve" et le fait que l'affaire soit rendue publique en pleine période électorale.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.