Accéder au contenu principal

Géorgie : l'ex-ambassadrice française Salomé Zourabichvili en tête de la présidentielle

Salomé  Zourabichvili, 66 ans, est née en France dans une famille d'émigrés géorgiens.
Salomé Zourabichvili, 66 ans, est née en France dans une famille d'émigrés géorgiens. Vano Shlamov, AFP

Salomé Zourabichvili, ancienne ambassadrice de France en Géorgie, est arrivée en tête de l'élection présidentielle qui s'y est déroulée dimanche, et devra affronter son principal adversaire, Grigol Vashadze, lors d'un second tour.

PUBLICITÉ

L’ex-ambassadrice de France Salomé Zourabichvili a remporté, dimanche 28 octobre, le premier tour de l’élection présidentielle organisée en Géorgie. Avec 38,7 % des voix, selon des résultats officiels partiels, l’ancienne ministre des Affaires étrangères arrive juste devant le leader de l'opposition et ex-diplomate soviétique Grigol Vachadze (37,7% des suffrages). En ballotage défavorable, elle devra l'affronter au second tour, qui se tiendra avant le 1er décembre.

Cette élection est vue comme un test important pour le parti au pouvoir à Tbilissi, même si le poste de président est devenu essentiellement symbolique après de récents changements constitutionnels. Salomé Zourabichvili, candidate indépendante mais soutenue par le parti au pouvoir du Rêve géorgien, est née en France dans une famille d'émigrés géorgiens. Après ses études, elle a embrassé la carrière diplomatique et s'est rendue pour la première fois en Géorgie en 1986.

Dix-sept ans plus tard, elle était nommée ambassadrice de France à Tbilissi. En 2004, le président Mikheil Saakachvili lui a accordé la nationalité géorgienne et l'a choisie comme ministre des Affaires étrangères, avant de la limoger l'année suivante. Elle a été élue comme candidate indépendante au Parlement géorgien en 2016.

Campagne tendue

La campagne, qui a vu s'opposer dans une atmosphère tendue le parti au pouvoir et l'opposition, était un prélude aux plus déterminantes élections législatives, prévues en 2020. S'il est élu, Grigol Vachadze, qui fut ministre des Affaires étrangères de 2008 à 2012, entend organiser des législatives anticipées comme le réclament les partis d'opposition.

Soutenu par le Mouvement national uni fondé par l'ex-président Mikheïl Saakachvili – aujourd'hui en exil – et par dix autres formations politiques, le leader de l'opposition reproche au parti au pouvoir d'avoir échoué à faire reculer la pauvreté dans ce pays de 4,5 millions d'habitants.

Salomé Zourabichvili, critiquée par ses adversaires – qui ont mis en doute son patriotisme et sa maîtrise relative de la langue géorgienne –, rejoint Grigol Vachadze sur plusieurs points. Tous deux militent notamment pour un rapprochement avec l'Union européenne et l'Otan, que la Géorgie, pays du sud du Caucase, demande en vain à rejoindre depuis plus de dix ans.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.