Accéder au contenu principal

Copenhague accuse Téhéran d'avoir préparé un attentat au Danemark

Le chef de la diplomatie danoise, Anders Samuelsen, a mis en garde Téhéran, le 30 octobre 2018.
Le chef de la diplomatie danoise, Anders Samuelsen, a mis en garde Téhéran, le 30 octobre 2018. Jessica Gow, AFP

Le Danemark a accusé, mardi, les services secrets iraniens d'avoir préparé une attaque notamment contre le représentant d'un groupe séparatiste arabe iranien, résidant dans le pays scandinave. L'ambassadeur de Téhéran a Copenhague a été convoqué.

PUBLICITÉ

Le Danemark a accusé l'Iran, mardi 30 octobre, d'avoir préparé un "attentat" contre trois Iraniens résidant sur son sol, en représailles à un attentat meurtrier perpétré dans la République islamique fin septembre. "Il s'agit d'une opération du Renseignement iranien qui, selon nous, préparait un attentat au Danemark" contre trois Iraniens soupçonnés d'appartenir au Mouvement arabe de lutte pour la libération d'Ahvaz, a expliqué lors d'une conférence de presse le chef du Renseignement danois (PET), Finn Borch Andersen.

Un Norvégien d'origine iranienne a été arrêté le 21 octobre – en Suède, selon le Renseignement suédois – et placé en détention, soupçonné à la fois d'avoir préparé l'attaque et d'espionner au profit de l'Iran.

Fin septembre, Téhéran avait accusé le Danemark, les Pays-Bas et la Grande-Bretagne "d'héberger certains membres du groupe terroriste" que l'Iran accuse d'être responsable de l'attentat d'Ahvaz.

Le 22 septembre, 24 personnes avaient été abattues par un commando de cinq personnes ayant ouvert le feu à l'arme automatique sur un défilé militaire à Ahvaz, capitale de la province iranienne du Khouzestan, à la population majoritairement arabe. L'attentat a été revendiqué par le groupe État islamique et un groupe séparatiste arabe.

La chasse à l'homme du 28 septembre

"Il est totalement inacceptable que l'Iran ou tout autre État étranger fomente des assassinats sur le sol danois", a réagi sur Twitter le Premier ministre danois Lars Lokke Rasmussen, prévenant que "des mesures contre l'Iran seraient discutées au sein de l'Union européenne".

Depuis Oslo, où il participait à une rencontre de dirigeants d'Europe du Nord, Lars Lokke Rasmussen a rencontré son homologue britannique, Theresa May, qui, selon lui, a apporté "son soutien" au Danemark.

"En étroite coopération avec le Royaume-Uni et d'autre pays nous confronterons l'Iran", a-t-il ajouté. "Le gouvernement va répondre à l'Iran et parler à ses partenaires européens des actions futures" à engager, a également menacé son chef de la diplomatie, Anders Samuelsen.

L'ambassadeur iranien à Copenhague a été convoqué au ministère. L'annonce du chef du Renseignement danois intervient après des semaines de spéculations médiatiques sur la paralysie partielle du Danemark le 28 septembre. Les ponts entre les différentes îles du pays et avec la Suède avaient été fermés quelques heures par une chasse à l'homme mobilisant des centaines de policiers et de militaires. Il s'agissait alors de prévenir l'opération iranienne, a reconnu mardi le chef du Renseignement danois.

Avec AFP

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.