Accéder au contenu principal

La justice équatorienne rejette une demande d'Assange sur ses conditions d'asile

Julian Assange est bloqué dans l'ambassade équatorienne à Londres depuis 2012.
Julian Assange est bloqué dans l'ambassade équatorienne à Londres depuis 2012. Peter Nicholls, AFP

La justice équatorienne a rejeté, lundi, la demande de Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks réfugié à l’ambassade de Quito à Londres, contre les règles de visite, de communication et de salubrité qui lui ont été imposées depuis le 12 octobre.

PUBLICITÉ

La justice équatorienne a rejeté, lundi 29 octobre, une requête du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, contre ses conditions d'asile à l'ambassade de Quito, à Londres, où il reste réfugié depuis 2012 pour échapper à d'éventuelles poursuites des États-Unis.

La magistrate Karina Martinez a jugé "irrecevable" l'action intentée devant un tribunal de Quito par Julian Assange, via son défenseur l'ex-juge espagnol Baltasar Garzon, contre les règles de visite, de communications et de salubrité qui lui ont été imposées depuis le 12 octobre. Cette décision peut faire l'objet d'un appel.

Le fondateur australien de WikiLeaks réclame le rétablissement intégral de ses communications, coupées depuis mars puis partiellement rétablies par Quito, et s'oppose aux nouvelles normes de résidence au sein de la légation, dont le non-respect pourrait entraîner la "fin de l’asile". La juge Martinez a estimé que cette mise en garde sur une éventuelle suppression de l'asile accordé à Julian Assange ne constituait pas une violation de ses droits, dans la mesure où il s'agit d'un pouvoir souverain de l'État équatorien.

Besoin d'une "connexion sécurisée" à Internet

L'avocat équatorien Carlos Poveda, membre de l'équipe de défense de l'Australien, a argué que son client constitue "un objectif international" et a donc besoin d'une "connexion sécurisée" à Internet, au-delà de l'accès au réseau WiFi de l'ambassade qui lui a été accordé le 19 octobre.

Quito avait coupé les communications d'Assange avec l'extérieur de l'ambassade après son refus d'"engagement écrit de ne pas publier de messages qui constitueraient une ingérence dans la relation [de l'Equateur] avec d'autres États".

>> À lire : Royaume-Uni : le mandat d'arrêt contre Assange maintenu

Si les poursuites en Suède contre Assange pour viol et agression sexuelle ont été abandonnées en mai 2017, la justice britannique refuse de lever le mandat d'arrêt émis à son encontre, au motif qu'il n'a pas respecté en 2012 les conditions de sa liberté sous caution.

L'Australien de 47 ans redoute, s'il sort de l'ambassade, d'être arrêté puis extradé et jugé aux États-Unis pour la publication par WikiLeaks, en 2010, de nombreux secrets militaires et documents diplomatiques américains.

Le procureur général équatorien, Iñigo Salvador, avait toutefois indiqué la semaine dernière à la presse que Quito avait réussi à obtenir des "garanties" de la part de Londres qu'Assange ne serait pas remis à un pays tiers s'il sortait de la représentation diplomatique.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.