Accéder au contenu principal

La Cour suprême du Pakistan acquitte la chrétienne Asia Bibi, condamnée à mort pour blasphème

La fille et le mari d'Asia Bibi le 12 octobre 2018.
La fille et le mari d'Asia Bibi le 12 octobre 2018. Ben Stansall, AFP

Asia Bibi, une mère de famille chrétienne qui avait été condamnée à mort pour blasphème en 2010 au Pakistan, a été acquittée par la Cour suprême mercredi. Son cas avait suscité l'indignation internationale ainsi que des tensions au sein du pays.

PUBLICITÉ

La Cour suprême pakistanaise a annulé mercredi 31 octobre la condamnation à mort pour blasphème prononcée en première instance contre la chrétienne Asia Bibi. "Elle a été acquittée de toutes les accusations", a déclaré le juge Saqib Nisar lors de l'énoncé du verdict à la Cour suprême, ajoutant qu’Asia Bibi allait être libérée "immédiatement".

Asia Bibi, mère de famille, a été en 2010 la première femme à être condamnée à la peine capitale en vertu de la loi très stricte au Pakistan réprimant le blasphème. Elle s’était disputée avec une musulmane au sujet d'un verre d’eau. Elle avait fait appel de cette décision devant la Cour suprême.

>> À lire aussi : Condamnée à mort pour blasphème, Asia Bibi se défend d'avoir commis "le moindre crime"

Son cas a provoqué l'indignation des chrétiens du monde entier. En 2015, l'une des filles d'Asia Bibi avait rencontré le pape François. Asia Bibi avait également reçu le soutien de la maire de Paris Anne Hidalgo, qui avait réclamé sa grâce et l'avait élevée en 2015 au rang de citoyenne d'honneur de sa ville.

L’affaire a aussi semé la division au sein de la société pakistanaise, où deux hommes politiques qui avaient pris position en faveur d'Asia Bibi ont été assassinés. Ce verdict a été accueilli avec joie par la minorité chrétienne, qui priait "depuis des années" pour elle et se dit "fière" de sa magistrature.

"La Cour (suprême) l'a acquittée, donc justice a été rendue", s'est félicité le pasteur Javed Masih, qui officie dans une église presbytérienne d'un bidonville chrétien au coeur de la capitale Islamabad.

Des manifestations pour protester contre le verdict

En revanche, les cercles islamistes avaient déjà commencé à se mobiliser pour protester contre le verdict, bloquant des routes dans plusieurs villes et hurlant des slogans menaçants contre la justice.

Des islamistes radicaux avaient ces dernières semaines menacé les juges en cas de jugement favorable. "Les musulmans pakistanais prendront les mesures adéquates face aux juges (...) et les conduiront à une fin horrible", avaient fait savoir des responsables du Tehreek-e-Labaik Pakistan (TLP), un groupe religieux extrémiste devenu parti politique, qui fait de la punition du blasphème sa raison d'être. "Les adorateurs du Prophète ne reculeront face à aucun sacrifice", avaient-ils lancé.

Une militante des droits de l'homme pakistanaise, Tahira Abdullah, a plaidé pour "une protection d'État pour Asia Bibi, ses partisans et son avocat".

De son côté, le pasteur Masih a reconnu qu'une "réaction (négative était) certaine" et a appelé le gouvernement à faire en sorte que le jugement "soit appliqué et (la situation sécuritaire) gérée".

Mercredi, la capitale Islamabad avait été placée sous haute sécurité, avec des barrages sur les routes notamment à proximité des quartiers où vivent les magistrats et la communauté diplomatique, a constaté l'AFP.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.