Accéder au contenu principal

Deux ex-banquiers de Goldman Sachs inculpés aux États-Unis pour corruption

Deux anciens banquiers de Goldman Sachs ont été inculpés par la justice américaine jeudi 1er novembre 2018.
Deux anciens banquiers de Goldman Sachs ont été inculpés par la justice américaine jeudi 1er novembre 2018. Reuters

Washington a annoncé jeudi de premières inculpations pénales, dont celles de deux anciens banquiers de Goldman Sachs, dans le vaste scandale de corruption impliquant l'ex-Premier ministre malaisien Najib Razak.

Publicité

La justice américaine a annoncé jeudi 1er novembre l'inculpation de deux anciens banquiers de Goldman Sachs et d'un financier malaisien dans l'enquête sur le scandale du blanchiment de 4,5 milliards de dollars (près de 4 milliards d'euros) détournés du fonds souverain malaisien 1MDB.

Il leur est également reproché d'avoir violé les lois anti-corruption américaines en versant ou en promettant des pots-de-vin à des officiels malaisiens et d'Abou Dhabi pour qu'ils retiennent Goldman Sachs comme banque conseil dans des transactions "lucratives".

Le parquet a précisé que Tim Leissner, 48 ans, ancien patron de Goldman Sachs en Asie du sud-est, avait plaidé coupable et accepté de payer une amende de 43,7 millions de dollars (38,3 millions d'euros).

Résidences de luxe

Roger Ng, l'autre ex-banquier de GS poursuivi dans ce dossier, a été arrêté en Malaisie à la demande des États-Unis et devrait être extradé, a ajouté un porte-parole du parquet. Le troisième inculpé, un financier connu sous le nom de Jho Low, est en fuite.

"De 2009 à 2014, alors que 1MDB levait de l'argent, des milliards de dollars ont été frauduleusement détournés du fonds, dont des liquidités levées en 2012 et 2013 via trois émissions obligataires effectuées par une institution financière" (Goldman Sachs), fustige le ministère dans un communiqué.

Une partie des fonds détournés a été placée dans l'achat de résidences de luxe à New York, dans l'acquisition d'œuvres d'art lors d'enchères organisées par "une maison basée à New York" et dans le financement de films hollywoodiens, dont "Le Loup de Wall Street".

L'ex-Premier ministre malaisien inculpé de 38 chefs d'accusation

Goldman Sachs n'a pas répondu dans l'immédiat à une demande de commentaire. Le groupe bancaire a fait savoir à plusieurs reprises qu'il n'avait commis aucun délit et qu'il collaborait avec les autorités.

Selon l'agence de presse Bloomberg, Goldman Sachs a mis en congés son ancien codirecteur de la banque d'investissement en Asi, l'Italiene Andrea Vella dans l'attente d'un examen des allégations sur le rôle qu'il a pu jouer.

L'ancien Premier ministre de Malaisie Najib Razak, à l'origine de la création du fonds 1Malaysia Development Berhad (1MDB) en 2009, a toujours nié toute implication dans ce scandale.

Enquêtes dans six pays

La justice américaine a envisagé la possibilité d'inculper Najib Razak ou ses associés mais préférerait que la Malaisie se charge des poursuites éventuelles contre tout ressortissant malaisien, selon une source judiciaire américaine.

Depuis les élections législatives de mai qu'il a perdues, les autorités malaisiennes ont inculpé Najib Razak pour 38 chefs d'accusation, dont plusieurs liés à 1MDB. L'ancien Premier ministre a plaidé non coupable.

Au moins six pays, dont les États-Unis, la Malaisie et la Suisse, ont enquêté sur cette affaire, qui a éclaté en 2011 et porte sur des faits commis entre 2009 et 2014.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.