Accéder au contenu principal

Au Yémen, des dizaines de combattants tués à Hodeïda

Des combattants de la brigade d'Amalqa, alliés à la coalition dirigée par l'Arabie saoudite, à proximité du port yéménite de Hodeïda, le 21 juin 2018.
Des combattants de la brigade d'Amalqa, alliés à la coalition dirigée par l'Arabie saoudite, à proximité du port yéménite de Hodeïda, le 21 juin 2018. Saleh Al-Obeidi, AFP

Les forces pro-gouvernementales et la coalition dirigée par l'Arabie saoudite avancent vers Hodeïda , le premier port du Yémen. Les combats ont fait des dizaines de morts depuis deux jours.

PUBLICITÉ

Au Yémen, les combats se sont intensifiés dimanche 4 novembre à proximité de la ville portuaire d’Hodeida, où sont retranchés les combattants houthis soutenus par l'Iran. Les forces yéménites appuyées depuis 2015 par une coalition dirigée par l'Arabie saoudite tentent de reprendre l’aéroport aux rebelles après un premier échec en juin.

Les combats se sont aussi étendus à l'entrée est de la ville et à proximité de l'université située à 4 km au sud du port. "C'est la première fois que des affrontements se produisent [à l'université]", a indiqué un militaire favorable à la coalition saoudienne. Des habitants ont dit entendre des tirs dans le secteur.

Depuis samedi, 53 combattants houthis ont été tués dans des combats et des frappes aériennes, ont affirmé dimanche à l'AFP des sources médicales. Les combats ont repris depuis quatre jours dans cette ville hautement stratégique.

>> À lire : Au Yémen, la coalition saoudienne masse des troupes près d'Hodeïda

Les forces loyalistes ont elles perdu 13 hommes, ont affirmé d'autres sources médicales à Aden et Mokha, villes sous contrôle gouvernemental où les cadavres ont été transportés.

Sur le plan humanitaire, le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) a exhorté "toutes les parties" en conflit à cesser les hostilités, qualifiant le pays en guerre d'"enfer sur terre" pour les enfants, frappés par la famine.

"Un enfer sur Terre"

Les Nations unies ont exhorté les belligérants à s'asseoir à la table des négociations dans un délai d'un mois, après avoir tenté sans succès en septembre d'organiser des pourparlers de paix à Genève.

"Le Yémen est aujourd'hui un enfer sur terre, non pas pour 50 à 60 % des enfants, c'est un enfer sur terre pour chaque garçon et fille au Yémen", a déclaré dimanche le directeur de l'Unicef pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, Geert Cappelaere, lors d'une conférence de presse à Amman.

>> À lire : Au Yémen, des enfants meurent parce que l’aide humanitaire est bloquée, prévient l’Unicef

"Le port de Hodeida est un point vital pour 70 à 80 % de la population yéménite (...) parce que c'est seulement via Hodeida que sont acheminées les livraisons commerciales et humanitaires qui nous permettent de fournir l'aide au nord du pays", a également indiqué Geert Cappelaere

L'actrice Angelina Jolie, envoyée spéciale du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), a lancé dimanche un appel pressant en faveur d'un cessez-le-feu.

Elle a déploré le fait que la communauté internationale ait été "honteusement lente à agir" au Yémen qui est "au bord d'une famine créée par l'Homme" et qui "fait face à la pire épidémie de choléra depuis des décennies", selon un communiqué du HCR.

Avec AFP

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.