Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Jean-Claude Juncker : "Nous entretenons des relations difficiles avec l’administration Trump"

En savoir plus

FOCUS

23 millions de candidats, 127 000 postes : Indian Railways recrute !

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Enrico Letta : "Aucun accord de Brexit ne peut réunir une majorité au Parlement britannique"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

François Durpaire et nos ancêtres pas si Gaulois

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Manou Gallo, un nouvel album groove et funk à la sauce ivoirienne

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Lille: Ryad le jardinier, le bio au quartier

En savoir plus

L’invité du jour

Riad Sattouf : "La BD est le moyen d'expression le plus puissant"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Daniel Kretinsky, le milliardaire tchèque à l'assaut de la presse française

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Agriculteurs "à la mer, pour prendre du champ"

En savoir plus

Afrique

Plusieurs dizaines d'écoliers enlevés dans le nord-ouest anglophone du Cameroun

© Reinnier Kaze, AFP | Bamenda, capitale anglophone du nord-ouest du Cameroun, le 16 juin 2017.

Vidéo par Marcel AMOKO

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/11/2018

Environ 80 personnes, dont une majorité d'écoliers, ont été enlevés, lundi à Bamenda, dans le nord-ouest anglophone du Cameroun où évoluent des mouvements séparatistes.

Environ 80 personnes, en majorité des écoliers, ont été enlevés lundi 5 novembre dans la matinée à Bamenda dans le nord-ouest du Cameroun, a appris Reuters de sources proches de l'armée et du gouvernement camerounais.

L'origine de cet enlèvement, survenu dans la région anglophone du pays, où des séparatistes sont en lutte pour obtenir l'avènement d'un Etat séparé, l'"Ambazonie", est toujours inconnue. "Au total, 81 personnes ont été kidnappées, dont le principal de la Presbyterian Secondary School de Bamenda . Elles ont été emmenées dans la brousse", a dit une source militaire à Reuters.

Les séparatistes anglophones ont imposé des couvre-feux et fermé des écoles dans le cadre de leurs actions contre le gouvernement camerounais. Le mouvement a gagné en ampleur l'an dernier après la répression exercée par le pouvoir contre des manifestations pacifiques. Nombre de personnes ont fui Bamenda et d'autres zones pour trouver refuge dans la partie francophone du pays.

"Hold-up électoral"

C'est le premier rapt de cette ampleur après l'élection présidentielle d'octobre 2018 qu'a remporté Paul Biya, 85 ans, dont 35 ans au pouvoir.

En raison des violences et des exactions des mouvements séparatistes, le taux de participation était resté très faible dans les régions anglophones (Sud-Ouest et Nord-Ouest). Ces nouveaux enlèvements plongent encore plus le Cameroun et son régime gérontocratique dans une grave crise politique.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 05/11/2018

  • CAMEROUN

    Cameroun : "Maurice Kamto veut s’affirmer comme le leader de l’opposition face à Paul Biya"

    En savoir plus

  • CAMEROUN

    Présidentielle au Cameroun : "Pour beaucoup d’anglophones, cette élection est une insulte"

    En savoir plus

  • CAMEROUN

    Cameroun : six civils tués dans une attaque de Boko Haram

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)