Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

Moyen-Orient

Crimes en Syrie : trois mandats d'arrêt lancés en France contre des responsables du régime

© HO / Al-Watan Newspaper / AFP | Une photo du général Ali Mamluk, chef du bureau de la sécurité nationale syrienne, prise à Damas en juillet 2015.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/11/2018

Un juge d'instruction français a lancé des mandats d'arrêt internationaux contre trois hauts responsables du régime syrien. Ils sont soupçonnés d'être impliqués dans la disparition en 2013 de deux citoyens franco-syriens.

La France a émis à la mi-octobre des mandats d'arrêt internationaux contre le chef du bureau de la sécurité nationale syrienne et deux hauts responsables des services de renseignement de l'armée de l'air.

Ali Mamlouk, Jamil Hassan et Abdel Salam Mahmoud sont accusés notamment de complicité de crimes contre l'humanité, ont appris l'AFP et Reuters de source judiciaire lundi 5 novembre, confirmant une information du Monde.

Disparition d'un père et son fils

Dans ce dossier, le parquet de Paris avait ouvert une enquête préliminaire en 2015, après la découverte de l'arrestation d'un père et de son fils, Mazen et Patrick Dabbagh, grâce à l'enquête dite "César", du nom d'un ex-photographe de la police militaire syrienne qui s'est enfui de Syrie en 2013, emportant 55 000 photographies de corps torturés.

Ces deux franco-syriens ont été arrêtés par les services du régime syrien en novembre 2013 et sont depuis lors portés disparus. Leur acte de décès a été publié en août 2018 par le régime de Damas.

À la suite d'une plainte de membres de leur famille, le parquet de Paris avait ouvert en octobre 2016 une information judiciaire pour disparitions forcées et tortures constitutives de crimes contre l'humanité et complicité de ces crimes.

Les mandats ont été émis pour complicité d'actes de tortures, complicité de disparitions forcées, complicité de crimes contre l'humanité, de crimes de guerre et de délits de guerre.

De nombreuses enquêtes visant le régime syrien sont menées en Europe, notamment en Allemagne, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en France.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 05/11/2018

  • SYRIE

    Syrie : Washington pris en étau entre son allié turc et ses protégés kurdes

    En savoir plus

  • SYRIE

    Damas accuse la Turquie de ne pas respecter l'accord sur la zone-tampon d'Idleb

    En savoir plus

  • SYRIE

    En Syrie, le Musée national de Damas rouvre sept ans après le début de la guerre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)