Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Mouvement des "gilets jaunes" : le carburant des extrêmes ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Jean-Claude Juncker : "Nous entretenons des relations difficiles avec l’administration Trump"

En savoir plus

FOCUS

23 millions de candidats, 127 000 postes : Indian Railways recrute !

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Enrico Letta : "Aucun accord de Brexit ne peut réunir une majorité au Parlement britannique"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

François Durpaire et nos ancêtres pas si Gaulois

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Manou Gallo, un nouvel album groove et funk à la sauce ivoirienne

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Lille: Ryad le jardinier, le bio au quartier

En savoir plus

L’invité du jour

Riad Sattouf : "La BD est le moyen d'expression le plus puissant"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Daniel Kretinsky, le milliardaire tchèque à l'assaut de la presse française

En savoir plus

Afrique

Tunisie : le Premier ministre remanie son gouvernement, le président désapprouve

© Zoubeir Souissi, Reuters | Le Premier ministre tunisien, Youssef Chahed, a annoncé l'arrivée de 10 nouveaux ministre, le 5 octobre 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/11/2018

Le Premier ministre tunisien Youssef Chahed a nommé, lundi, 10 nouveaux ministres dans son gouvernement. L'objectif affiché est de renouveler l'exécutif et d'insuffler une nouvelle dynamique.

Le gouvernement tunisien amorce une mue. Lundi 5 novembre, le Premier ministre, Youssef Chahed, a nommé 10 nouveaux ministres dans le cadre d'un vaste remaniement. Avec cette décision, l’exécutif espère injecter une énergie nouvelle au sein du gouvernement, largement critiqué pour ses échecs à maîtriser la crise économique qui plombe la Tunisie depuis 2011.

Les ministères des Finances, des Affaires étrangères et de l’Intérieur sont cependant restés inchangés.

Une crise économique encore très présente

René Trabelsi fait partie des nouveaux entrants, nommé ministre du Tourisme. De confession juive, il est le troisième ministre juif à être nommé depuis 1956. L’ancien ministre des Affaires étrangères sous Ben Ali, Kamel Morjan, occupera le ministère de l’Emploi public, le principal employeur dans le pays.

>> À lire aussi : En Tunisie, les touristes reviennent, mais les revenus ne suivent pas

Derrière ce remaniement, on trouve également l’impatience des bailleurs de fonds internationaux, dont le Fonds monétaire international (FMI), qui ont maintenu Tunis à flots avec des prêts se montant à des milliards de dollars.

Le président tunisien désapprouve

Sur le plan intérieur, l’échec à résoudre la crise économique a conduit Hafedh Caid Essebsi, le fils du président tunisien, à demander la démission du gouvernement de Youssef Chahed. Hafedh Caid Essebsi est également responsable du parti au pouvoir Nidaa Tounes.

>> À lire aussi : Les difficultés des éleveurs entraînent une pénurie de lait en Tunisie

Le président Beji Caid Essebsi lui-même désapprouve le remaniement, a fait savoir sa porte-parole, Saida Garrach, citée par l’agence Reuters. Pour autant, le président tunisien ne peut pas stopper le remaniement, qui devra être confirmé par le parlement, où Yousseff Chahed est majoritaire.

Avec Reuters

Première publication : 05/11/2018

  • TERRORISME

    Terrorisme : quand le kamikaze est une femme

    En savoir plus

  • TUNISIE

    La Tunisie adopte une loi contre les discriminations raciales, "la première dans le monde arabe"

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Les difficultés des éleveurs entraînent une pénurie de lait en Tunisie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)