Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La fin des sanctions contre l'Erythrée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mais qu'est ce que ça veut dire "mettre le bololo" ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : divorce à l'amiable avec Bruxelles ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"8, avenue Lénine" : le parcours du combattant d'une femme rom en France

En savoir plus

FOCUS

La minorité arménienne de Syrie se reconstruit à Erevan

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Un juge à la Cour suprême incite les Américains à s'investir dans la vie publique

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Yémen : la guerre décryptée

En savoir plus

FACE À FACE

Le mouvement des "gilets jaunes", entre grogne civile et récupération politique

En savoir plus

L’invité du jour

Titouan Lamazou : "Aller à la rencontre de l'infinie diversité de l'humanité"

En savoir plus

A Lyon, une Fête des lumières à tonalité internationale

© AFP/Archives | La Fête des Lumières à Lyon le 7 décembre 2017

LYON (AFP) - 

La Fête des lumières de Lyon, qui attire chaque année des centaines de milliers de visiteurs, présentera début décembre une programmation tournée vers l'international et retrouvera des sites délaissés ces dernières années.

"Ce sera une très, très belle édition", a promis le maire de Lyon Gérard Collomb lors de la présentation vendredi d'une partie des installations et scénographies qui seront montrées au public du 6 au 9 décembre dans le centre-ville lyonnais.

"Cette année, il y aura à peu près 80 propositions artistiques (...) qui vont magnifier la ville et sublimer son architecture et son patrimoine", a souligné Yann Cucherat, l'adjoint au maire de Lyon en charge des grands événements.

De même, a-t-il poursuivi, la fête poursuit son "ouverture au monde avec 12 pays représentés, comme le Canada, la Suisse, la Norvège, la Suède, Hong-Kong, la Chine et d'autres encore".

Autre particularité pour cette édition 2018, la fête verra son périmètre élargi au grand Parc de la Tête d'Or, au nord-est du centre-ville, et aux jardins du Musée des beaux arts, d'ordinaire absents du programme.

Comme chaque année, les scénographies lumineuses seront concentrées dans le centre, entre Rhône et Saône, mais aussi dans le Vieux Lyon, sur les pentes de la Croix Rousse ou encore le théâtre gallo-romain de Fourvière.

La cathédrale Saint-Jean sera notamment le support d'un projet novateur piloté par l'artiste portugais Nuno Maya et intitulé "Pigments de lumière", composé de tableaux impressionnistes conçus avec des pigments, encres et fleurs précipités dans l'eau.

L'emblématique place Bellecour sera quant à elle transformée en chambre d'enfants peuplée de personnages géants en relief, les "Anooki", qui transformeront en simples jouets un camion de pompiers ou la fameuse statue de Louis XIV.

Côté sécurité, un dispositif de 1.400 personnes (police, agents de sécurité, gendarmes, militaires) sera déployé autour d'un périmètre hermétique avec des points d'entrée et de sortie soigneusement filtrés qui ne seront dévoilés qu'au dernier moment.

Le budget artistique de la fête, d'un montant de 2,6 millions d'euros, est financé par un partenariat équilibré entre public (collectivités) et privé (80 mécènes).

Le savoir-faire lyonnais en matière de festivals lumière s'exporte depuis plusieurs années, avec notamment cette année des éditions très remarquées à Hong-Kong et à Quito (Equateur).

Le public pourra admirer toutes ces scénographies le jeudi 6 décembre et dimanche 9, de 19h00 à 23h00, et de 20h00 à minuit les vendredi 7 et samedi 8 décembre.

© 2018 AFP