Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Mouvement des "gilets jaunes" : le carburant des extrêmes ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Jean-Claude Juncker : "Nous entretenons des relations difficiles avec l’administration Trump"

En savoir plus

FOCUS

23 millions de candidats, 127 000 postes : Indian Railways recrute !

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Enrico Letta : "Aucun accord de Brexit ne peut réunir une majorité au Parlement britannique"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

François Durpaire et nos ancêtres pas si Gaulois

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Manou Gallo, un nouvel album groove et funk à la sauce ivoirienne

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Lille: Ryad le jardinier, le bio au quartier

En savoir plus

L’invité du jour

Riad Sattouf : "La BD est le moyen d'expression le plus puissant"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Daniel Kretinsky, le milliardaire tchèque à l'assaut de la presse française

En savoir plus

Economie

La Chine exporte toujours plus aux États-Unis, malgré les sanctions américaines

© China Stringer Network | Les exportations chinoises vers les États-Unis ont augmenté de 13,2 % en octobre

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 09/11/2018

Les exportations chinoises vers les États-Unis ont progressé de 13,2 % en octobre malgré les sanctions américaines. Une situation qui n’est paradoxale qu’en apparence.

Surprise : les exportations chinoises, notamment vers les États-Unis, se portent à merveille. Comme si de rien n’était. Comme si le président américain Donald Trump n’avait pas déclaré la guerre commerciale à Pékin. Les importations de produits “made in China” par les États-Unis ont augmenté de 13,2 % en octobre 2018, alors même que c’était le premier mois durant lequel l’intégralité des sanctions américaines était en vigueur.

La situation paraît d’autant plus paradoxale que certains des biens chinois les plus demandés font aussi partie des plus taxés par Washington. Ainsi, les exportations de sous-composants électroniques - une catégorie soumise à des droits de douane de 10 % - ont connu une croissance de plus de 20 %.

Exploit en trompe-l’œil

Mais cet exploit commercial chinois est en trompe-l’œil. “C’est un phénomène artificiel qui ne va durer que quelques mois car les importateurs américains sont en train de se constituer des stocks en prévision de l’année prochaine”, assure Jean-François Dufour, spécialiste de l'économie chinoise et directeur du cabinet de conseil DCA Chine-Analyse, contacté par France 24. Dans le contexte de bonne santé économique aux États-Unis, les acheteurs américains sont plus enclins à dépenser maintenant, en anticipation d’un éventuel nouveau durcissement du conflit entre les deux superpuissances l’an prochain.

>> Aussi sur France 24 : Chine vs États-Unis : vers la guerre commerciale totale ?

Donald Trump a, en effet, prévenu qu’il augmenterait à 25 % les droits de douane sur les produits actuellement taxés à 10 % si les négociations commerciales n’aboutissaient pas d’ici au 1er janvier 2019. Il s’est aussi réservé la possibilité d’imposer 250 milliards de dollars de produits chinois supplémentaires.

Cette tactique du président américain de toujours annoncer les prochaines mesures punitives explique en grande partie pourquoi l’économie chinoise n’a pas souffert de ce conflit commercial depuis le début de l’année. Les entreprises américaines ont continué à acheter chinois, anticipant une détérioration de la situation. Les exportateurs chinois ont profité temporairement de la manière dont Donald Trump part en guerre contre leurs produits.

Le “made in China” progresse partout

Mais cet effet d’aubaine risque de ne plus jouer en faveur de Pékin si Washington décide une nouvelle escalade en janvier. “En imposant 250 milliards de dollars de biens chinois en plus, les États-Unis taxeront, de facto, l’intégralité des exportations chinoises sur le sol américain”, explique Jean-François Dufour. Le conflit dégénererait alors en une guerre commerciale totale où les possibilités de pousser le bouchon des sanctions encore plus loin seraient réduites.

Pékin a d’ailleurs conscience que l’année 2019 risque d’être plus douloureuse pour son commerce. Depuis quelques semaines, “il y a un retour en Chine du discours sur l’importance des investissements dans les infrastructures, indiquant que les autorités s’apprêtent à s’appuyer sur le levier de la croissance interne pour compenser l’éventuelle baisse des exportations”, note le spécialiste français.

Pour lui, ce qui est étonnant dans les chiffres du commerce chinois en octobre, ce n’est pas la hausse des exportations vers les États-Unis, mais la bonne tenue du “made in China” au niveau global. Dans un contexte économique mondial qui montre des signes de ralentissement, les exportations de la première puissance d’Asie ont progressé de 15 %. “C’est la preuve que les entreprises chinoises ont mis l’accent sur les autres marchés pour assurer des débouchés à leurs produits lorsque les effets des sanctions américaines se feront pleinement ressentir”, analyse Jean-François Dufour.

Une évolution qui pourrait, à terme, être une mauvaise nouvelle pour la balance commerciale européenne. “Il risque d’y avoir un transfert d’une partie du déficit commercial américain [dû en grande partie à la Chine, NDLR] si les produits chinois vendus auparavant aux États-Unis deviennent plus présents sur les marchés européens”, note l’expert de DCA-Chine Analyse. La preuve qu’un conflit commercial majeur entre les deux superpuissances économiques a des conséquences pour tout le monde.

Première publication : 09/11/2018

  • CHINE

    Vidéo : Hong Kong - Macao, le pont de la démesure

    En savoir plus

  • CHINE

    Guerre commerciale Pékin - Washington : Jack Ma contre Donald Trump

    En savoir plus

  • CHINE

    Chine vs États-Unis : vers la guerre commerciale totale ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)