Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Jean-Claude Juncker : "Nous entretenons des relations difficiles avec l’administration Trump"

En savoir plus

FOCUS

23 millions de candidats, 127 000 postes : Indian Railways recrute !

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Enrico Letta : "Aucun accord de Brexit ne peut réunir une majorité au Parlement britannique"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

François Durpaire et nos ancêtres pas si Gaulois

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Manou Gallo, un nouvel album groove et funk à la sauce ivoirienne

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Lille: Ryad le jardinier, le bio au quartier

En savoir plus

L’invité du jour

Riad Sattouf : "La BD est le moyen d'expression le plus puissant"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Daniel Kretinsky, le milliardaire tchèque à l'assaut de la presse française

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Agriculteurs "à la mer, pour prendre du champ"

En savoir plus

Economie

La Maison Blanche accusée d’utiliser une vidéo trafiquée pour justifier une sanction contre CNN

© Jonathan Ernst, Reuters | Le journaliste de CNN Jim Acosta a vu son accès à la Maison Blanche révoqué après une altercation avec le président américain Donald Trump.

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 09/11/2018

La porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders, a partagé une vidéo censée montrer le comportement violent d’un journaliste de CNN à l’égard d’une employée de la Maison Blanche. Problème : la séquence aurait été trafiquée.

"Ça ne peut pas se passer comme ça dans une démocratie." Le syndicat américain des journalistes News Guild n’en revient pas. Certains médias évoquent de leur côté une "dystopie" ou une "crise de réalité". À l’origine de cette levée de boucliers : une vidéo postée sur Twitter, jeudi 8 novembre par Sarah Sanders, la porte-parole de l’administration Trump, pour justifier la décision présidentielle d’interdire au journaliste de CNN Jim Acosta l’accès à la Maison Blanche. La séquence aurait été trafiquée pour faire passer la pilule.

Le clip partagé montre le correspondant de la chaîne américaine empêchant une "stagiaire" de la Maison Blanche de lui reprendre le micro durant un échange tendu avec Donald Trump, mercredi 7 novembre. Les images prouveraient la "violence" du geste de Jim Acosta, assure Sarah Sanders. L’employée ainsi "malmenée" aurait été "choquée", ce qui expliquerait la sanction prononcée contre Jim Acosta.

Problème : il n’aura fallu que quelques heures à plusieurs experts américains du montage vidéo pour dénoncer une manipulation grossière des images. Le mouvement du bras du journaliste a été légèrement accéléré afin de donner une impression d’agressivité à son geste, a constaté Abba Shapiro, un producteur vidéo indépendant qui a analysé la séquence. Le site Storyful, spécialisé dans la vérification des contenus postés sur les réseaux sociaux, a découvert que des plans ont été ajoutés au moment où Jim Acosta touche le bras de la stagiaire, donnant ainsi l’impression d’une plus grande brutalité de la part du journaliste.

La piste Infowars

Indice supplémentaire qu’il y a anguille sous pixels : la vidéo a été mise en ligne, à l’origine, par Paul Joseph Watson, un contributeur au site d’extrême droite Infowars, spécialisé dans les propagations de théories du complot. Interrogé par le site Buzzfeed, cet activiste a démenti avoir trafiqué les images, assurant les avoir simplement récupérées sur Daily Wire, un autre site de la nébuleuse ultraconservatrice.

Reste à savoir si Sarah Sanders a partagé cet apparent montage en connaissance de cause ou non. "Vous avez publié une vidéo trompeuse, un exemple flagrant de 'fake news'. L’histoire vous jugera sévèrement", a lancé Matt Dornic, un vice-président de CNN, à la porte-parole de la Maison Blanche.

Cette vidéo s’est rapidement imposée comme une pièce centrale dans l’affrontement féroce aux États-Unis entre l’administration Trump et les médias, qui s’accusent mutuellement de manipuler l’information. "L’ironie de cette affaire est que si la manipulation est confirmée, cela montrera sans l’ombre d’un doute que la Maison Blanche fait exactement ce qu’elle reproche aux médias : propager des fausses informations", a estimé Aly Colon, professeur d’éthique journalistique à l’université Washington & Lee.

Première publication : 09/11/2018

  • ÉTATS-UNIS

    Donald Trump veut durcir les conditions d'entrée pour les demandeurs d'asile

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Après une altercation avec Trump, un journaliste perd son accréditation à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Midterms : les démocrates prennent la Chambre, les républicains gardent le Sénat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)