Accéder au contenu principal

Guerre au Yémen : Washington ne ravitaillera plus les avions de la coalition saoudienne

Un avion de chasse appartenant à la coalition dirigée par l'Arabie saoudite tire un missile sur Sanaa au Yémen, le 30 août 2016
Un avion de chasse appartenant à la coalition dirigée par l'Arabie saoudite tire un missile sur Sanaa au Yémen, le 30 août 2016 Khaled Abdullah, REUTERS

Les États-Unis ne ravitailleront plus en vol les avions de la coalition militaire dirigée par l'Arabie Saoudite au Yémen. L'annonce a été faite samedi par les autorités saoudiennes et américaines.

PUBLICITÉ

Serait-ce une nouvelle conséquence de l'affaire Khashoggi qui entache l'Arabie saoudite depuis plusieurs semaines ? Le royaume saoudien effectuera désormais lui-même le ravitaillement en vol – assuré jusque là par les États-Unis – de ses avions engagés au sein de la coalition militaire qui intervient depuis 2015 au Yémen, ont annoncé samedi 10 novembre les autorités saoudiennes et américaines.

Dans un communiqué diffusé par l'agence de presse saoudienne, Riyad a précisé avoir demandé à Washington de mettre un terme au ravitaillement car la coalition arabe était en mesure de le faire de manière indépendante. "Récemment, le royaume et la coalition ont accru leur capacité à mener au Yémen des vols de ravitaillement de manière indépendante. En conséquence, et en consultation avec les États-Unis, la coalition a demandé l'arrêt du soutien à ses opérations de ravitaillement pour ses opérations au Yémen", peut-on lire dans le communiqué.

Le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, a soutenu cette décision et indiqué que son gouvernement avait été consulté. Il a également précisé que les États-Unis allaient poursuivre leur rôle pour aider la coalition arabe et les forces yéménites à limiter les pertes civiles et à étendre le déploiement de l'aide humanitaire.

Cette annonce intervient dans un contexte de tensions autour du royaume saoudien, montré du doigt par la communauté internationale après le meurtre du journaliste et opposant saoudien Jamal Khashoggi le 2 octobre au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul.

Guerre de procuration

La décision annoncée de concert par Riyad et Washington vise sans doute à éviter que le Congrès américain prenne prochainement des mesures contre ces opérations de ravitaillement, comme il l'en a menacé.

Un arrêt de ces opérations n'aura guère d'impact sur le conflit, considéré comme une guerre de procuration entre l'Arabie saoudite et l'Iran, qui soutient les rebelles houthis, car seulement un cinquième des avions de combat de la coalition ont recours au ravitaillement opéré par les Américains.

Les États-Unis et la Grande-Bretagne ont appelé fin octobre à la proclamation d'un cessez-le-feu au Yémen, où la coalition combat la rébellion houthie au prix de milliers de victimes. Il y a quelques jours, la photo en une du New York Times d'une petite Yéménite de 7 ans, recroquevillée et côtes apparentes, avait choqué le monde entier. Devenue le symbole de la famine et de la grave crise humanitaire qui sévissent au Yémen, elle est décédée vendredi 2 novembre.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.