Accéder au contenu principal

RD Congo : la nouvelle épidémie Ebola fait 200 morts

Le 22 août 2018, à Mangina, près de Beni, dans la province du Nord-Kivu, des agents de santé ont enterré le corps d'un patient atteint du virus Ebola non confirmé.
Le 22 août 2018, à Mangina, près de Beni, dans la province du Nord-Kivu, des agents de santé ont enterré le corps d'un patient atteint du virus Ebola non confirmé. John Wessels, AFP

La nouvelle épidémie Ebola qui sévit depuis août dans l'est de la République démocratique du Congo a causé la mort de 200 personnes, ont annoncé samedi les autorités sanitaires congolaises.

PUBLICITÉ

Les autorités sanitaires congolaises ont annoncé samedi 10 novembre avoir franchi le cap de 200 morts dans la dixième épidémie de la maladie à virus Ebola signalée dans l'est de la République démocratique du Congo où l'insécurité et des résistances ont rendu difficile les activités de riposte.

"Depuis le début de l'épidémie en août, le cumul des cas est de 326, dont 291 confirmés et 35 probables. Au total, il y a eu "201 décès et 98 cas sont guéris", selon le bulletin du ministère de la Santé congolais daté de samedi.

La veille, le bilan était de "319 cas et 198 décès" enregistrés dans les provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri, dépassant celui de la première épidémie enregistrée en RDC en 1976 à Yambuku (318 cas et 224 décès), dans la province de l'Équateur.

Le patron des Casques bleus a appelé les groupes armés actifs dans l'est de la RDC à ne pas entraver les efforts de lutte contre la maladie à virus Ebola dans cette partie du pays, à la fin d'une visite conjointe avec le directeur général de l'OMS.

"Une épidémie complexe"

Dans un message spécial vendredi, le ministre congolais de la Santé, le Dr Oly Ilunga, a indiqué qu'"aucune autre épidémie au monde n'a été aussi complexe que celle que nous vivons actuellement [dans la région de Beni (Nord-Kivu)]".

Les équipes chargées de mener les activités de la riposte "ont dû faire face à des menaces, à des agressions physiques, à la destruction répétée de leur matériel, et au kidnapping", a-t-il indiqué. "Deux de nos collègues de l'Unité médicale d'intervention rapide ont même perdu la vie dans une attaque", a-t-il déploré.

En 1995, à Kikwit, dans l'ouest de la RDC, le bilan de l'épidémie avait été de 315 personnes atteintes et 256 décès, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.