Accéder au contenu principal

Syrie : les FDS annoncent la reprise de leur offensive contre l'EI

Les FDS avaient annoncé fin octobre la suspension temporaire de leur offensive en réaction à des bombardements de l'armée turque contre des positions militaires kurdes.
Les FDS avaient annoncé fin octobre la suspension temporaire de leur offensive en réaction à des bombardements de l'armée turque contre des positions militaires kurdes. Delil Souleiman, AFP

Dix jours après avoir interrompu son offensive contre l'EI en Syrie, la force arabo-kurde soutenue par la coalition internationale antijihadistes dirigée par Washington a annoncé dimanche la reprise de son action dans l'est du pays.

PUBLICITÉ

Les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont annoncé dimanche 11 novembre la reprise de leur offensive dans l'est de la Syrie contre le groupe État islamique (EI), dix jours après son interruption.

La force arabo-kurde, soutenue en par la coalition internationale antijihadistes dirigée par Washington, a annoncé fin octobre la suspension temporaire de leur offensive en réaction à des bombardements de l'armée turque contre des positions militaires kurdes dans le nord de la Syrie.

"Après des contacts intensifs avec la coalition internationale, et une forte activité diplomatique pour désamorcer la crise […], le commandement des Forces démocratiques syriennes a décidé de reprendre les opérations militaires contre l'organisation EI, et œuvrer à sa défaite définitive", selon un communiqué sur leur site Internet.

Après l'arrêt de l'offensive anti-EI dans l'est de la Syrie, la coalition internationale antijihadistes avait annoncé être en communication avec la Turquie et les FDS pour une désescalade de la situation.

Fin octobre, les bombardements à l'artillerie de l'armée turque avaient visé des positions de la principale milice kurde de Syrie, les Unités de protection du peuple (YPG), selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Cette poussée de fièvre avait mis dans l'embarras les États-Unis, qui sont les alliés stratégiques de la Turquie au sein de l'Otan, mais qui sont aussi des partenaires des YPG, épine dorsale des Forces démocratiques syriennes.

Ankara refuse catégoriquement l'autonomie de facto instaurée par la minorité kurde sur les territoires à sa frontière, dans le nord et le nord-est syrien, craignant que cela n'exacerbe les velléités séparatistes des Kurdes vivant sur son propre territoire.

Pour essayer de désamorcer les tensions, les forces américaines ont alors entamé des patrouilles conjointes avec l'armée turque aux abords de la ville de Minbej (nord). Elles ont également mené des patrouilles dans les territoires kurdes bombardés par Ankara.

En septembre, les FDS avaient lancé avec le concours de la coalition internationale une offensive contre un dernier réduit de l'EI dans l'est de la Syrie, un secteur qui englobe notamment les localités de Hajine, Soussa et Al-Chaafa, non loin de la frontière avec l'Irak. Après avoir progressé, elles ont subi fin octobre un dur revers, en raison de contraintes climatiques et de contre-attaques meurtrières jihadistes.  L'OSDH a assuré dimanche que "les opérations terrestres n'avaient pas encore débuté [sur le terrain]", mais l'ONG a rapporté l'envoi de renforts des FDS dans le secteur.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.