Accéder au contenu principal

Une opération secrète d'Israël à Gaza fait au moins 8 morts dont un chef du Hamas et un soldat israélien

Un bâtiment effondré à la suite des frappes israéliennes, le 12 novembre 2018.
Un bâtiment effondré à la suite des frappes israéliennes, le 12 novembre 2018. Suhaib Salem, Reuters

Les tensions pourraient se raviver dans la bande de Gaza après une opération clandestine d'Israël, dimanche, visant à tuer un chef du Hamas. Les échanges de tirs et les frappes israéliennes ont fait au moins huit morts dont un soldat de Tsahal.

PUBLICITÉ

Les forces de sécurité israéliennes ont tué sept Palestiniens dimanche 11 novembre dans la bande de Gaza lors de frappes aériennes et d'une opération clandestine visant un commandant du Hamas, au cours de laquelle un soldat israélien a été tué.

Dans la soirée une dizaine de roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza vers Israël, avant d'être interceptées par le système de défense anti-missiles, selon l'armée israélienne. Elles n’ont pas fait de victimes ni de dégâts. Cette situation menace de raviver les tensions, après un récent accord qui devait contribuer à restaurer le calme.

Signe de la gravité de la situation, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a écourté sa visite à Paris, effectuée à l'occasion du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale. Le chef du gouvernement israélien devait s'entretenir lundi matin avec le président Emmanuel Macron.

Reprise des tensions entre Israël et Gaza

Selon un responsable du Hamas, l'opération israélienne visait un groupe d'hommes armés appartenant au Mouvement de résistance islamique, qui ont été ciblés par des tirs provenant d'une voiture appartenant aux forces de sécurité israéliennes. Les membres du Hamas ont alors pris en chasse le véhicule, rapporte ce responsable.

Selon des témoins, des avions israéliens ont tiré plus de 40 missiles durant la course-poursuite dans le secteur de l'incident.

Les autorités médicales palestiniennes et le Hamas ont déclaré que sept personnes avaient été tuées, dont un commandant du Hamas, nommé Nour Baraka, sans préciser si les autres victimes étaient des militants armés.

L'armée israélienne a déclaré pour sa part qu'un "échange de tirs" s'était produit "lors d'opérations des forces de défense israéliennes dans la bande de Gaza", au cours desquelles un soldat a été tué et un autre légèrement blessé.

Peu après l'accrochage, des sirènes d'alerte aux tirs de roquette ont retenti dans le sud d'Israël. Israël n'avait pas mené depuis des années ce genre d'opération ciblée contre des commandants du Hamas, ce qui pourrait attiser les tensions le long de la bande de Gaza.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.