Accéder au contenu principal

La Californie face à l'incendie le plus meurtrier de son histoire

Un homme regarde les pompiers lutter contre le "Peak Fire" dans la vallée de Simi, en Californie, lundi 12 novembre 2018.
Un homme regarde les pompiers lutter contre le "Peak Fire" dans la vallée de Simi, en Californie, lundi 12 novembre 2018. Eric Thayer, Reuters

Le "Camp Fire", incendie qui ravage la Californie, a déjà tué 42 personnes, soit le bilan le plus meurtrier de l'histoire de cet État. Le président américain Donald Trump a déclaré l'état de catastrophe naturelle lundi soir.

PUBLICITÉ

L'incendie de forêt qui fait rage dans le nord de la Californie a fait 42 morts, devenant ainsi le plus meurtrier de l'histoire de cet État, a déclaré lundi 12 novembre le shérif du comté de Butte, Kory Honea.

"Jusqu'à présent, les restes de 13 nouvelles personnes ont été découverts, ce qui porte le nombre total des morts à 42. Si je comprends bien, il s'agit de l'incendie de forêt le plus meurtrier de l'histoire de la Californie", a affirmé le shérif Honea lors d'une conférence de presse. Il est ainsi revenu sur sa déclaration initiale selon laquelle cet incendie était le plus meurtrier de l'histoire de l'ensemble des États-Unis.

Le bilan précédent de cet incendie, le "Camp Fire", était de 29 morts, soit autant de victimes que lors du pire incendie de forêt qu'avait jusqu'alors connu cet État, et qui remontait à 1933. En outre, deux autres personnes sont mortes dans le sud de la Californie, ce qui porte le bilan total pour cet État à au moins 44 victimes.

Plus de 200 disparus

Des milliers de pompiers continuaient à lutter lundi contre les flammes. L'incendie était encore loin d'être contenu, mais sa surface a été réduite de 4 500 hectares, les pompiers s'attachant notamment à protéger les bâtiments menacés par les flammes. Les autorités étaient sans nouvelles de plus de 200 personnes.

Le feu a déjà détruit plus de 7 100 habitations et entreprises dans le nord de la Californie, ce qui constitue un bilan sans précédent dans l'histoire de l’État. Plus de 15 000 autres structures étaient encore considérées en danger lundi soir, alors que des vents secs et chauds devraient continuer de balayer la Californie et entretenir la progression des flammes jusqu'à mardi soir.

La ville de Paradise a été littéralement rayée de la carte, laissant la place à des paysages de désolation. Notre correspondant Pierrick Leurent est sur place.

À Paradise, ville fantôme, «on ne voit que des décombres»

Depuis le début des incendies dans plusieurs régions de Californie, plus de 224 000 personnes ont été évacuées. Le président américain Donald Trump a répondu favorablement lundi soir à la demande du gouverneur Jerry Brown de déclarer l'état de catastrophe naturelle, ce qui permet le déblocage d'une aide fédérale.

À Malibu, toutes les écoles ont été fermées jusqu'au 19 novembre au moins. La ville, où vivent de nombreuses vedettes, a été entièrement évacuée, puis certains résidents ont été autorisés dimanche soir à regagner leur domicile. Celui de la chanteuse Miley Cyrus a été détruit, dans le sud de l'État. "Complètement dévastée par les feux affectant ma ville. Je suis l'une des chanceuses […] Ma maison n'existe plus mais mes souvenirs partagés avec famille et amis vivent encore", a-t-elle tweeté.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.