Accéder au contenu principal

Mohammed VI et Macron à Tanger pour inaugurer le premier TGV d'Afrique

La France a contribué au financement du projet par des prêts à hauteur d'un milliard d'euros.
La France a contribué au financement du projet par des prêts à hauteur d'un milliard d'euros. Xavier Leoty, AFP (archives)

Emmanuel Macron effectue jeudi une courte visite au Maroc pour inaugurer avec le roi Mohammed VI la ligne à grande vitesse entre Tanger et Casablanca, la première du continent africain.

PUBLICITÉ

Le président Emmanuel Macron et le roi du Maroc Mohammed VI inaugurent, jeudi 15 novembre, la première ligne à grande vitesse d'Afrique, entre Tanger et Rabat. Le prolongement vers Casablanca est en cours de construction.

Cette ligne à grande vitesse, présentée comme la plus rapide du continent, courra à terme sur 350 km, dont 200 circulables à 320 km/heure, reliant les deux régions les plus dynamiques du royaume en 2 h 10 au lieu de 4 h 45 actuellement. Les chemins de fer marocains tablent sur six millions de passagers après trois ans d'exploitation. C'est "un projet phare de la relation bilatérale entre la France et le Maroc", souligne l'Élysée.

Lors du trajet, long de 200 km sur le tronçon à grande vitesse Tanger-Kenitra, le président français et Mohammed VI s'entretiendront des sujets bilatéraux et régionaux, dont la lutte contre l'immigration illégale, la sécurité et la situation dans le Sahel.

Emmanuel Macron sera accompagné de dirigeants des entreprises participant au projet, dont la SNCF, Vinci, Egis, Colas, Alstom ou Systra, que l'Élysée présente comme un modèle des relations économiques de réciprocité que la France veut établir.

Une vitrine pour le continent africain

Plusieurs entreprises marocaines sont impliquées et le projet prévoit d'importants partages de compétences et de technologies. De son côté, la France a contribué au financement du projet par des prêts – 700 millions d'euros du Trésor et 300 millions de l'Agence française de développement –.

L'INFO ECO

La ligne à grande vitesse est également une vitrine pour d'autres pays africains tentés par le TGV français, souligne la présidence. D'autres projets sont en cours de discussion avec le Maroc, dans les domaines de l'énergie, des transports, des compagnies aériennes, des infrastructures et militaire, précise-t-on.

Emmanuel Macron arrivera en début d'après-midi à Tanger et rentrera en France en fin d'après-midi. Aucune prise de parole du chef de l'État n'est prévue.

Il sera en particulier accompagné des ministres de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, et de l'Intérieur, Christophe Castaner. Ce dernier restera dans le pays pour rencontrer ses interlocuteurs marocains.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.