Accéder au contenu principal

Midterms : la Floride contrainte de recompter manuellement les bulletins de vote

Un employé portant des bulletins de vote avant un nouveau dépouillement, le 12 novembre 2018, à Lauderhill en Floride.
Un employé portant des bulletins de vote avant un nouveau dépouillement, le 12 novembre 2018, à Lauderhill en Floride. Carlo Allegri, Reuters

Dans un nouveau développement rappelant la présidentielle américaine de 2000, les autorités de Floride ont ordonné jeudi un dépouillement à la main pour déterminer le vainqueur de l'élection au Sénat, le résultat restant encore trop serré.

PUBLICITÉ

Manifestants, avocats et de nombreux volontaires se sont présentés, vendredi 16 novembre, aux portes des commissions électorales en Floride, pour le top départ du dépouillement à la main d'une élection au Sénat américain dont le résultat reste incertain dix jours après le scrutin.

Des dizaines de volontaires de tous âges se sont pressés dès l'aube devant la commission électorale du comté de Broward pour participer au comptage manuel, le troisième dépouillement lancé en Floride depuis les élections parlementaires américaines du 6 novembre.

L'écart séparant le candidat républicain et gouverneur de la Floride, Rick Scott, du sénateur démocrate sortant, Bill Nelson, est infime. Un nouveau comptage à la machine ordonné le 10 novembre a confirmé la légère avance du républicain (+0,15 point). Mais la loi en Floride veut que sous le seuil de 0,25 point, un dépouillement manuel soit conduit pour vérifier les bulletins problématiques.

>> À voir : Donald Trump perd la chambre des représentants, match nul au Capitole ?

Ce nouveau dépouillement doit être achevé d'ici dimanche. Les autorités donneront un résultat final mardi. Quoi qu'il arrive, les républicains garderont leur majorité au Sénat en janvier.

Sans attendre que les autorités de Floride, dont il est pourtant responsable en sa qualité de gouverneur, ne donnent leur résultat officiel, le républicain Rick Scott s'est déjà déclaré vainqueur.

Donald Trump, lui, met tout son poids présidentiel depuis des jours dans cette élection, accusant sans preuve les démocrates de "fraude". Des propos "irresponsables", estiment les démocrates, mais aussi des observateurs indépendants, qui soulignent qu'un dépouillement dans un scrutin aussi serré prend du temps aux États-Unis.

La première candidate noire à un poste de gouverneur reconnaît sa défaite

L'élection pour le poste de gouverneur de Floride est également très serrée. Mais le deuxième dépouillement automatique a confirmé jeudi l'avance de 0,41 point du républicain Ron DeSantis face au démocrate Andrew Gillum. Ce dernier n'a toutefois pas encore reconnu sa défaite.

En Géorgie voisine, la candidate démocrate Stacey Abrams, première candidate noire à un poste de gouverneur aux États-Unis, a reconnu, vendredi, qu'elle ne dirigerait finalement pas son État de Géorgie.

Dans un discours passionné, Stacey Abrams a toutefois eu des mots très durs contre son adversaire, l’accusant d’avoir empêché des électeurs de voter. Celui-ci occupait jusqu'à récemment le poste de secrétaire d'État de Géorgie, chargé justement de superviser les élections dans cet État encore profondément marqué par les blessures de la ségrégation.

"Je reconnais que l'ancien secrétaire d'État Brian Kemp sera certifié vainqueur", a-t-elle déclaré devant des supporteurs. "Mais voir un responsable qui prétend représenter les citoyens d'un État appuyer ses espoirs d'être élu sur la restriction du droit de vote a été tout simplement déplorable", a asséné l'ancienne élue de l'assemblée de Géorgie, âgée de 44 ans.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.