Accéder au contenu principal

PMA et nazisme: Wauquiez revient sur ses propos après un tollé

Le président des Républicains Laurent Wauquiez lors des journées parlementaires de LR, le 20 septembre 2018 à Divonne-les-Bains
Le président des Républicains Laurent Wauquiez lors des journées parlementaires de LR, le 20 septembre 2018 à Divonne-les-Bains Le président des Républicains Laurent Wauquiez lors des journées parlementaires de LR, le 20 septembre 2018 à Divonne-les-Bains AFP/Archives
PUBLICITÉ

Paris (AFP)

Laurent Wauquiez a admis lundi que "les débats" sur la procréation médicalement assistée (PMA), la gestation pour autrui (GPA) et l'eugénisme n'étaient "pas les mêmes" que ceux sur l'eugénisme tel que pratiqué par le régime nazi, après une comparaison dimanche qui a suscité un tollé.

L'ouverture de la PMA à toutes les femmes "mènera nécessairement" à la GPA, "la marchandisation des gamètes" et "l'eugénisme". "Tout ceci a un nom, c'est l'eugénisme; tout ceci a été fait par un régime, c'est le nazisme", a déclaré dimanche le président des Républicains devant les militants de Sens commun, courant conservateur de LR.

Lundi, il a semblé revenir sur sa comparaison tout en appelant à être "vigilant". "En rappelant l'horreur de l'eugénisme et du nazisme, j'ai voulu rappeler les leçons de l'Histoire. Nos débats contemporains ne sont évidemment pas les mêmes mais quand on parle d'éthique, il faut être très vigilant sur les chemins que nous ouvrons", a tweeté M. Wauquiez.

"Chercher à séduire aveuglément Sens commun conduit aux outrances les plus abjectes", avait fustigé dimanche soir sur Twitter le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux.

"Nous irons au bout de nos engagements en faveur de la PMA pour toutes, dans le cadre républicain d'un débat digne", avait ajouté le représentant du gouvernement. L'exécutif a reporté au printemps l'examen du texte sur la PMA, pressé par sa majorité et toute la gauche, mais confronté aux bruyantes réticences de la droite.

L'association SOS Homophobie a condamné dimanche "les propos abjects" de M. Wauquiez. "L'opposition et le débat public n'autorisent pas tout. Ils exigent un minimum de sérieux de dignité et de responsabilité".

L'association des familles homoparentales (ADFH) a réclamé quant à elle des "sanctions judiciaires".

L'eurodéputé Rassemblement national (RN, ex-FN) Nicolas Bay a en revanche estimé lundi sur Radio Classique que la GPA pouvait "amener à une forme d'eugénisme" car "ça aboutit à choisir des enfants sur catalogue", et il y a une volonté avec la PMA "d'aller dans cette voie-là".

Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, Laurent Nuñez, a lui jugé sur CNews "très excessifs" les propos de M. Wauquiez.

La secrétaire d'Etat de la Lutte contre les discriminations Marlène Schiappa a retweeté lundi Marc Ferracci, conseiller de la ministre du Travail, dénonçant la "dérive infinie d'une droite qui a perdu toute boussole" pour "satisfaire sa clientèle intégriste".

"Comparer PMA, eugénisme et nazisme est une honte ineffable, virez-le !", avait lancé dimanche sur Twitter le socialiste Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.