Accéder au contenu principal

"Gilets jaunes" : de Belgique, Macron prône le dialogue pour sortir du mouvement

Emmanuel Macron s'est exprimé sur les "Gilets jaunes" lors d'un débat en compagnie du Premier ministre belge, Charles Michel, le 20 novembre 2018.
Emmanuel Macron s'est exprimé sur les "Gilets jaunes" lors d'un débat en compagnie du Premier ministre belge, Charles Michel, le 20 novembre 2018. Yves Herman, Reuters

Emmanuel Macron a estimé mardi en Belgique que "c'est par le dialogue" qu'il devait faire face aux "Gilets jaunes". Il a maintenu que sa stratégie était à la fois de taxer davantage les énergies fossiles et d'accompagner les plus modestes.

Publicité

Au second jour de sa visite d'État en Belgique, le président françaisest revenu sur le mécontement en France autour de la question de la hausse du prix des carburants. Emmanuel Macron estime que "c'est par le dialogue" et "l'explication" qu'il sera possible de mettre fin au mouvement des "Gilets jaunes" contre la hausse des carburants.

>> À voir : Mouvement des Gilets jaunes – le carburant des extrêmes ?

"Le gouvernement est actuellement confronté à des protestations. C'est dans le dialogue qu'on peut en sortir, dans l'explication, dans la capacité à trouver à la fois le bon rythme et les solutions de terrain", a déclaré Emmanuel Macron, mardi 20 novembre, lors d'un débat en compagnie du Premier ministre, Charles Michel, et quelque 800 étudiants à l'université de Louvain-la-Neuve.

"Les choses ne se font pas spontanément"

Sans citer nommément les Gilets jaunes, qui mènent des opérations de blocage depuis samedi, le chef de l'État a jugé "normal" qu'il y ait des protestations car "les choses ne se font pas spontanément". La transition écologique "suppose de changer les habitudes, ce n'est jamais aisé", a-t-il ajouté, en souhaitant que, "collectivement, il faut qu'on ait un esprit de responsabilité".

>> À voir : Les Gilets jaunes, des réseaux sociaux à la rue

Il a réexpliqué que la stratégie du gouvernement était "d'une part de taxer davantage les énergies fossiles et, d'autre part, d'avoir un accompagnement des plus modestes". Il a cité l'"aide à la conversion (...) pour acheter des véhicules beaucoup moins polluants", l'indemnisation des "gens qui ont besoin de beaucoup se déplacer" et le soutien à ceux "qui se chauffent au fioul".

Face au mouvement des Gilets jaunes, "nous gagnerons collectivement par la cohérence, la constance et la détermination", a affirmé de son côté le Premier ministre, Édouard Philippe, à la réunion de groupe des députés LREM, selon des participants.

>> À lire : En Belgique, les "Gilets jaunes" se politisent

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.