Accéder au contenu principal

Renault : Thierry Bolloré se voit confier la direction exécutive par intérim, Carlos Ghosn reste PDG

Thierry Bolloré disposera temporairement des "mêmes pouvoirs" que Carlos Ghosn.
Thierry Bolloré disposera temporairement des "mêmes pouvoirs" que Carlos Ghosn. Regis Duvignau, Reuters

Le conseil d'administration de Renault a décidé, mardi soir, de confier "à titre provisoire" la direction exécutive du groupe à Thierry Bolloré, qui disposera des "mêmes pouvoirs" que Carlos Ghosn. En garde à vue au Japon, ce dernier "reste" PDG.

PUBLICITÉ

Le conseil d'administration de Renault a décidé, dans la soirée de mardi 20 novembre, de confier "à titre provisoire" la direction exécutive du groupe automobile à Thierry Bolloré. Selon le communiqué, il disposera des "mêmes pouvoirs" que Carlos Ghosn, toujours en garde à vue au Japon, où il est accusé de malversations par la justice japonaise.

"M. Ghosn, temporairement empêché, demeure président-directeur général", a souligné dans ce communiqué le constructeur automobile français à l'issue d'une réunion extraordinaire de son conseil d'administration, convoquée après l'arrestation de son patron. Ces "mesures de gouvernance" sont présentées comme "provisoires" par Renault, afin de "préserver les intérêts du groupe et assurer la continuité de ses activités opérationnelles".

Le conseil a aussi indiqué qu'il se "réunira(it) régulièrement, sous la présidence de l'administrateur référent" Philippe Lagayette, "pour préserver les intérêts de Renault et assurer la pérennité de l'Alliance" avec les constructeurs japonais Nissan et Mitsubishi.

Nissan et Mitsubishi doivent se prononcer

Le conseil d'administration de Nissan doit lui se prononcer jeudi sur le limogeage de son président. Mitsubishi Motors (MMC) entend également le "démettre rapidement". Mais, dans le même temps, son directeur général a dit que l’alliance avec Renault et Nissan serait difficile à gérer sans Carlos Ghosn.

Mardi soir, le conseil d'administration de Renault a demandé à Nissan "de lui transmettre l'ensemble des informations en sa possession dans le cadre des investigations internes dont M. Ghosn a fait l'objet", disant ne pas être "en mesure de se prononcer sur les éléments dont disposeraient Nissan et les autorités judiciaires japonaises à l'encontre de M. Ghosn".

Le parquet japonais lui reproche d'avoir "conspiré pour minimiser sa rétribution à cinq reprises entre juin 2011 et juin 2015", en ne déclarant que 4,9 milliards de yens (environ 37 millions d'euros) contre près de 10 milliards de yens sur la période.

Le groupe Nissan, en tant qu'entité morale, pourrait lui aussi faire l'objet de poursuites liées à la remise aux autorités de documents financiers inexacts, a rapporté mercredi le journal japonais Asahi. Ni Nissan ni le bureau des procureurs de Tokyo n'ont confirmé cette information.

C'est toute l'alliance qui tangue

Au-delà du sort personnel de Carlos Ghosn, c'est toute l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors, dont il orchestrait le fragile équilibre, qui tangue à la suite de ce coup de tonnerre. L'affaire survient au moment où le PDG de l'ensemble aux 10,6 millions de véhicules travaillait, selon le Financial Times, à une fusion entre Renault et Nissan, une opération que le constructeur japonais rejetait et cherchait à bloquer de crainte qu'elle ne grave dans le marbre son statut de "second ordre" dans la structure, toujours selon le quotidien.

L'agence de notation Standard and Poor's a d'ailleurs annoncé qu'elle envisageait de baisser la note de la dette à long terme de Nissan, en raison en particulier des doutes autour de ce mariage à trois. Mardi soir, le conseil d'administration de Renault a dit partager "le soutien exprimé par la direction de Nissan au développement de l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, qui reste la priorité du Groupe".  De même, les gouvernements français et japonais ont réaffirmé dans un communiqué commun leur "important soutien" à cette alliance.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.