Accéder au contenu principal

Finale de la Coupe Davis 2018 : Cilic surclasse Tsonga, la Croatie mène la France 2 à 0

Jo-Wilfried Tsonga n'a rien pu faire face à Marin Cilic.
Jo-Wilfried Tsonga n'a rien pu faire face à Marin Cilic. Philippe Huguen, AFP

Après la défaite de Jérémy Chardy face à Borna Coric, Jo-Wilfried Tsonga n'a rien pu faire face à un Marin Cilic ultra-solide (6-3, 7-5, 6-4). Intraitable, la Croatie mène désormais 2 à 0 dans cette finale de Coupe Davis 2018.

PUBLICITÉ

Déjà bien mal embarquée après la défaite de Jérémy Chardy face à Borna Coric, en ouverture de la finale de la Coupe Davis 2018, la France est désormais au bord du gouffre, après avoir laissé filer un nouveau point. Vendredi 23 novembre, en fin d'après-midi, Jo-Wilfried Tsonga a fait ce qu'il a pu face à un Marin Cilic en grande forme, mais il s'est logiquement incliné face au numéro 7 mondial (6-3, 7-5, 6-4).

Une défaite frustrante, même si le Manceau n'aura finalement pas grand chose à se reprocher. Battu par plus fort que lui, il aurait peut-être pu profiter des deux balles qu'il s'est procuré en milieu de deuxième set, puis des trois autres non converties dans le troisième, seuls petits moments de fébrilité observé chez Cilic sur l'ensemble de la rencontre.

À l'exception de ces deux petits moments de flottement, le Croate n'a laissé que des miettes à son adversaire, notamment au service. Après avoir breaké à 3-2 dans la première manche, il a ensuite déroulé pour conclure, en n'ayant concédé qu'un petit point sur sa mise en jeu (6-3).

Bilan catastrophique pour les Bleus

Tenu en respect par Tsonga dans la deuxième manche, il a su accélérer en toute fin de set pour prendre le large au score (7-5), avant de confirmer sa supériorité dans les moments clés, convertissant l'une de ses seules opportunités de break de cette fin de match, à 2-2, un avantage tenu jusqu'à la conclusion de cette rencontre, en à peine plus de deux heures (6-3, 7-5, 6-4).

Avec cette deuxième défaite en autant de rencontres, l'équipe de France n'a plus le choix : pour conserver son titre acquis dans ce même stade Pierre-Mauroy, à Lille, elle devra déjà s'offrir un sursis en remportant le double du samedi, puis arracher deux autres succès lors des simples du dimanche. Franchement improbable, au vu des statistiques de cette première journée, que les Bleus ont conclu sans un point, sans un set et, plus inquiétant encore, sans même avoir arraché le moindre break.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.