Accéder au contenu principal

En Syrie, un théâtre romain du IIe siècle a survécu à la guerre

De jeunes Syriens visitent le théâtre romain de Bosra, dans le sud du pays, lors d'une visite organisée sous le patronage du ministère du tourisme, dans ce pays ravagé par une guerre qui dure depuis plus de sept ans. Photo du 23 novembre 2018
De jeunes Syriens visitent le théâtre romain de Bosra, dans le sud du pays, lors d'une visite organisée sous le patronage du ministère du tourisme, dans ce pays ravagé par une guerre qui dure depuis plus de sept ans. Photo du 23 novembre 2018 De jeunes Syriens visitent le théâtre romain de Bosra, dans le sud du pays, lors d'une visite organisée sous le patronage du ministère du tourisme, dans ce pays ravagé par une guerre qui dure depuis plus de sept ans. Photo du 23 novembre 2018 AFP
PUBLICITÉ

Bosra (Syrie) (AFP)

Devant les colonnes corinthiennes du théâtre romain de Bosra, dans le sud de la Syrie, des dizaines de jeunes posent pour une photo de groupe. Inscrit par l'Unesco sur sa liste du patrimoine mondial en péril, le site a survécu aux combats.

Pour prendre part à une visite de Bosra, organisée par une petite association syrienne sous le patronage du ministère du Tourisme, certains des 150 participants ont parcouru des centaines de kilomètres, à l'instar du jeune Abdel Aziz, venu d'Alep, la grande métropole du Nord.

Perché tout en haut des gradins de pierre de ce théâtre datant du IIe siècle, l'étudiant de 23 ans ne cache pas sa stupéfaction. "Je m'attendais à le trouver détruit, mais il a échappé à cette guerre impitoyable", lance-t-il.

Depuis plus de sept ans, la Syrie est déchirée par une guerre qui a fait plus de 360.000 morts et contraint des millions de personnes à l'exil.

Le sud du pays où se trouve le théâtre de Bosra n'a pas échappé aux violences. Au terme d'une offensive militaire meurtrière et d'accords de reddition imposés aux rebelles, le pouvoir du président Bachar al-Assad a reconquis en juillet des zones qui étaient tombés dès 2012 aux mains des insurgés opposés à son pouvoir.

Même si le théâtre a survécu, les affrontements ont laissé des traces. Une partie des gradins semi-circulaires s'est écroulée. Des impacts de balles sont visibles sur l'imposant mur de scène, haut de plusieurs mètres, ainsi que sur les élégantes colonnes blanches coiffées de chapiteaux corinthiens.

"Le pourcentage des dégâts dans le théâtre ne dépasse pas les trois à cinq pour cent", assure toutefois le président du conseil local de la ville de Bosra, Wafi al-Douss.

- "Icône" du sud -

L'ancienne ville de Bosra, célèbre aussi pour ses ruines byzantines, ses églises chrétiennes, ses mosquées et madrasas (établissement islamique d'enseignement) historiques, fait partie des six sites antiques de Syrie classés en 2013 par l'Unesco sur la liste du patrimoine mondial en danger.

"Le théâtre romain, bâti probablement sous l'empereur Trajan, avait ensuite été intégré à des fortifications plus tardives pour créer une puissante citadelle gardant la route de Damas", rappelle l'organisation onusienne.

Avant le début du conflit en 2011, le théâtre accueillait un prestigieux festival de musique, auquel la diva libanaise Fairouz avait participé. En 2004, l'orchestre philharmonique de la Scala de Milan y avait donné une représentation devant 4.000 spectateurs.

Les autorités ambitionnent d'effacer les traces de la guerre, mais aussi de faire revivre le festival, assure à l'AFP M. al-Douss.

"Bosra, c'est l'icône du Houran", lance-t-il avec enthousiasme, utilisant le nom traditionnellement donné au sud syrien, devant les visiteurs prenant part à l'excursion organisée par la "Société syrienne d'exploration et de documentation".

Les participants déambulent dans les gradins et se prennent en photo, tenant à la main un petit drapeau syrien.

- Tourisme asséché -

En 2010, le secteur touristique avait engrangé quatre milliards de dollars (3,5 milliards d'euros) de revenus, et représentait la deuxième source de devises étrangères du pays, derrière les exportations pétrolières, selon le Fonds Monétaire international (FMI).

Avec la guerre, cette manne s'est "totalement asséchée", selon la même source. Et tout au long du conflit, plusieurs sites archéologiques ont souffert de pillages et de destructions.

En 2015, le groupe Etat islamique (EI) avait ainsi saccagé Palmyre, la "perle du désert", un site antique de plus de 2.000 ans inscrit par l'Unesco au patrimoine mondial de l'humanité.

Palmyre, mais aussi la vieille ville d'Alep et le château du Crac des chevaliers, font notamment partie des sites classés en danger par l'Unesco.

A Bosra, Manal est venue avec sa petite fille de sept mois, Arij: "On ne peut pas voyager à l'étranger, c'est pas grave, on va faire du tourisme en Syrie".

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.