Accéder au contenu principal

Copa Libertadores : le bus de Boca Juniors attaqué, la finale reportée à une date ultérieure

Le bus des joueurs de Boca Juniors a été attaqué par des supporters de River Plate, le 24 novembre 2018.
Le bus des joueurs de Boca Juniors a été attaqué par des supporters de River Plate, le 24 novembre 2018. Jose Romero, Telam, AFP

Le bus des joueurs et du staff de Boca Juniors a été pris à partie par des supporters du club rival de River Plate, juste avant la finale retour de la Copa Libertadores, reportée à une date ultérieure. Plusieurs joueurs ont été blessés.

Publicité

Triste soirée pour le football sud-américain. La finale retour sous haute tension de Copa Libertadores entre River Plate et Boca Juniors, les rivaux historiques de Buenos Aires, a du être reportée à une date ultérieure après une agression contre les joueurs de Boca, le 24 novembre.

Le bus de Boca a été la cible de jets de pierre et de gaz lacrymogènes alors qu'il s'approchait du stade Monumental. Plusieurs joueurs ont été blessés par les bris de vitres ou l'inhalation de gaz. Des affrontements ont également opposé la police à des supporters en-dehors de l'enceinte.

Après avoir retardé la rencontre à deux reprises, la Confédération sud-américaine de football (Conmebol) a annoncé, dimanche 25 novembre, avoir pris la décision de reporter la rencontre, "avec l'objectif de préserver l'équité sportive", dressant le constat que les joueurs de Boca "n'étaient pas en condition" de disputer la finale.

Le président de la Conmebol, Alejandro Dominguez, recevra mardi au siège de la confédération les présidents de Boca, Daniel Angelici, et de River, Rodolfo D'Onofrio, pour définir la date du match retour.

Pour des raisons de sécurité, la finale entre les deux archi-rivaux de Buenos Aires ne pourra pas être disputée avant le sommet des chefs d'État du G20, programmé les 30 novembre et 1er décembre. "Le match se jouera début décembre, car le Mondial des clubs débute le 18", selon une source proche de l'organisation de la finale. Le vainqueur de la Copa Libertadores représentera l'Amérique du sud au Mondial des clubs.

"Pacte de gentleman"

"Je tiens à féliciter les deux présidents car il y a eu entre eux un pacte de gentlemen, car dans ces conditions, le jeu était dénaturé. L'un ne peut pas jouer et l'autre ne veut pas jouer contre un rival qui n'est pas en condition", a déclaré le président de la Conmebol, Alejandro Dominguez.

"Nous ne sommes pas en condition de jouer, on nous oblige à jouer la rencontre", s'était plaint l'attaquant de Boca juniors Carlos Tevez, avant d'apprendre le report.

Le capitaine de Boca Juniors Pablo Pérez a été légèrement blessé au bras et portait un cache à l'oeil gauche, irrité par les gaz.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.