Accéder au contenu principal

Ligue des champions : face à Manchester City, l'OL rêve d'un nouvel exploit

Face à Manchester City, l'Olympique lyonnais peut aller chercher sa qualification pour les huitièmes de la C1.
Face à Manchester City, l'Olympique lyonnais peut aller chercher sa qualification pour les huitièmes de la C1. Jeff Pachoud, AFP

Deux mois après son exploit à Manchester face à City, l'Olympique lyonnais reçoit à nouveau le club anglais avec l'objectif de valider sa qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Un résultat nul pourrait suffire.

PUBLICITÉ

Victorieux le 19 septembre sur le terrain de Manchester City (1-2), l'Olympique lyonnais rêve de rééditer son exploit, mardi 27 novembre, dans son Groupama stadium (21 h, heure de Paris) pour la 5e journée de la Ligue des champions. Un succès lui ouvrirait à coup sûr les huitièmes de finale de la compétition. Un résultat nul, qui serait déjà une belle performance, pourrait aussi suffire à son bonheur si Hoffenheim et le Shakhtar Donetsk ne se départagent pas.

Toutefois, depuis la gifle lyonnaise infligée aux Mancuniens, la donne a bien changé. Les Citizens ont gagné toutes leurs rencontres européennes et justifié leur statut de favori du groupe F dont ils ont pris la tête avec trois longueurs d'avance sur l'OL, qui n'a de son côté que partagé les points, en concédant beaucoup de buts, deux fois contre Hoffenheim (3-3, 2-2) et face au Shakthar Donetsk (2-2). Le club anglais sera qualifié en cas de résultat nul et sera assuré de finir premier s'il bat Lyon.

Deux clubs en pleine bourre

L'Olympique lyonnais, qui vient de grimper à la deuxième place de la Ligue 1 après avoir battu Saint-Étienne dans le derby (1-0), vendredi, n'a perdu qu'un seul de ses quatorze derniers matches (L1 et C1), face au Paris Saint-Germain (5-0), le 7 octobre.

De son côté, Manchester City reste sur huit victoires toutes compétitions confondues et a remporté douze de ses treize ultimes rencontres depuis sa défaite face à l'OL, la seule de ses 25 derniers matches (22 victoires, 3 nuls).

Son attaque est également impressionnante : avec un total de 40 buts cette saison, l'équipe mancunienne compte neuf réalisations de plus que n'importe quelle autre formation de Premier league, championnat qu'elle survole (11 victoires, 2 nuls).

Des chiffres à faire frémir les Lyonnais, qui ne sont pas réputés pour la fiabilité de leur défense avec notamment huit buts encaissés en quatre journées de Ligue des champions. Tout l'opposé de leurs adversaires devenus très hermétiques par rapport à la saison dernière.

L'équipe de Pep Guardiola n'a concédé que huit buts cette saison, dont cinq en championnat, avec comme clés de voûte le Français Aymeric Laporte et l'Anglais John Stones.

"Je pense que nous sommes obligés d'y croire quand même un peu, sinon ce serait bizarre de monter sur un terrain et de disputer un match en songeant déjà à la défaite. Il faut nous dire que nous pouvons gagner une seconde fois", a confié à l'AFP le défenseur belge Jason Denayer, ancien joueur de City où il n'avait pas pu s'imposer. Mais Lyon paraît, comme à l'aller, bien petit au pied d'une montagne.

Le coup de mou de Fékir

Car outre les statistiques des Citizens, le principal sujet de préoccupation est l'état de forme du meneur de jeu et capitaine Nabil Fekir, élu "homme du match" à l'aller mais souvent décevant depuis. Comme on pouvait s'y attendre avec des précédents célèbres et nombreux, la saison post-Coupe du monde s'avère difficile pour lui.

Sévèrement blessé à une cheville contre le PSG, le 7 octobre, l'international a ensuite été ménagé pour un problème aux adducteurs qui lui a fait manquer le déplacement à Guingamp, juste avant la trêve internationale et qui n'est semble-t-il pas totalement résolu.

Son entrée en cours de jeu avec la France contre l'Uruguay, mardi, a été bien terne et il est sorti à la mi-temps du derby contre Saint-Étienne, vendredi, après une première période totalement insipide de sa part.

L'entraîneur Bruno Genesio est face au dilemme de faire débuter ou non son joueur majeur, mais la décision sera sans doute prise de manière collégiale avec des avis déterminants de l'intéressé, qui s'est voulu rassurant sur son état de forme vendredi, et du président Jean-Michel Aulas.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.