Accéder au contenu principal
Express Orient

Le violonceliste Karim Wasfi veut reconstruire Mossoul par la musique

La musique peut-elle être un acte de résistance ? L'une des figures de la musique classique au Moyen-Orient y croit dur comme fer. Karim Wasfi, ancien chef de l'orchestre symphonique d'Irak, a connu un écho international en jouant du violoncelle dans les rues de Bagdad en 2015. Il fait désormais voyager sa musique à Mossoul, ancienne capitale de l'organisation État islamique (EI). Il nous en dit plus sur le message qu'il souhaite véhiculer à travers ses performances.

PUBLICITÉ

En Syrie, des esclaves yazidis sont toujours retenus en otage par l'EI. Les autorités kurdes n'hésitent pas à payer le prix pour les faire libérer.

Enfin, au Liban, la campagne "Shame on who" est lancée pour changer le regard porté sur la responsabilité en cas de violences sexuelles.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.