Accéder au contenu principal

Reportage à Berdyansk, un port ukrainien sous blocus russe

France 24

Le blocus russe dans le détroit de Kertch, qui relie la mer d'Azov à la mer Noire, a des conséquences sur les ports ukrainiens de Berdyansk et Marioupol. Reportage à Berdyansk, où la vie quotidienne de la population poursuit son cours.

PUBLICITÉ

Berdyansk et Marioupol, deux ports ukrainiens de la mer d'Azov, subissent déjà le blocus imposé par la Russie dans le détroit de Kertsch, quatre jours après l'incident naval de dimanche.

Envoyé spécial à Berdyansk pour France 24, Gulliver Cragg, a pu constater qu'il n'y a pas de soldats dans les rues, mais que l'inquiétude est palpable, même si la vie quotidienne n'est pas encore impactée directement par ce blocus russe ou la loi martiale. "Le port souffre déjà sévèrement de la situation. Cela fait six jours qu'aucun navire ne peut accoster dans le port, ils sont retenus par les russes qui bloquent l'entrée en mer d'Azov par le détroit de Kertsch", constate Gulliver Cragg.

Selon le ministre ukrainien des Infrastructures, Volodimir Omelian, les navires ne pouvant ni sortir ni entrer, les ports sont de fait sous blocus. "L'objectif est simple - en imposant un blocus aux ports ukrainiens de la mer d'Azov, la Russie espère que les Ukrainiens quitteront leur propre territoire - un territoire qui est nôtre en vertu de tout le droit international afférent", a-t-il dit.

Au total, 35 bateaux sont empêchés actuellement d'opérer comme ils le souhaitaient et seuls les navires se rendant dans les ports russes de la mer d'Azov peuvent passer le détroit de Kertch, a dit le ministre sur Facebook.

>> À lire :  Moscou va déployer de nouveaux missiles en Crimée

Dix-huit navires attendent en mer Noire de pouvoir entrer en mer d'Azov, quatre devant gagner le port de Berdiansk et 14 autres celui de Marioupol. Neuf bâtiments attendent dans le même temps de pouvoir quitter la mer d'Azov.

La Russie contrôle de fait le détroit de Kertch, qui relie la mer d'Azov et la mer Noire, et a inauguré en mai dernier un pont de 18 km de long reliant son territoire à la péninsule de Crimée, annexée en mars 2014 par Moscou.

>> À lire : Les raisons de l'escalade entre Moscou et Kiev

Avec Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.